Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Sommes-nous devant un nouveau boom du christianisme?

15 Septembre 2022, 08:00am

Publié par Henri Bacher

Sommes-nous devant un nouveau boom du christianisme?

Cette question insolite pour un européen, ne l'est peut-être pas pour un chinois ou un taïwanais. Notre continent souffre, pas seulement de la chaleur, mais il se brûle spirituellement de l'intérieur. C'est sûr, nous sommes à la fin d'un monde. Néanmoins, je voudrais montrer, en partant du début du christianisme, relaté dans les Actes, qu'une grosse crise, comme celle de la destruction du temple, n'est pas la fin du monde. Cette crise a donné naissance a un autre développement... mais ailleurs. L'Europe perd son challenge spirituel.

Nous sommes en crise

Inutile d'en rajouter, les médias s'en chargent déjà largement. Le catastrophisme fait vendre. Même le grand Luther, à son époque a repris le discours de nombreux prédicateurs populaires sur la venue imminente du Jugement dernier et la chute de l'Antéchrist, incarné, selon lui, par le pape. Il est clair que nous pouvons dire que nous sommes à la fin d'un monde, mais pas forcément à la fin du monde, tel décrit dans l'Apocalypse. Dans un livre* publié en 1998 par un collectif de chercheurs sous l'égide de Foreseen (Observatoire International des tendances sociologiques) disait dans l'avant-propos, que nous n'entrons pas seulement dans une nouvelle civilisation, mais que nous assisterons à des changements plus importants que ceux opérés au cours des deux siècles précédents.

Le christianisme s'est toujours développé d'une façon plus intense lors de certaines crises

Prenons le christianisme des Actes des Apôtres. Le temple de Jérusalem est détruit par les romains en l'an 70 de notre ère. Le courant réformateur du judaïsme de Jacques, le frère de Jésus, a sombré dans la tourmente. Le pharisien Paul a pris le relais après sa conversion, mais ils ont dû relocaliser le nouveau pôle du christianisme naissant à Antioche. Hors du terreau socio-culturel du Christ. C'est un peu comme si actuellement, le nouveau pôle du christianisme, encore fortement ancré en Europe et aux États-Unis devait se déplacer dans un «Antioche» africain ou asiatique. Les crises font toujours déplacer les curseurs. La vie évolue principalement avec les crises et Dieu sait les utiliser. Sans la destruction du temple à Jérusalem, je ne suis pas sûr que le christianisme aurait évolué d'une start-up régionale à une «entreprise» mondiale. De plus et ça sera ma démonstration: nous sommes devant une nouvelle ère de développement du christianisme grâce à ce nouveau monde (ce nouvel Antioche) où l'église est propulsée.

Le contexte d'Antioche

La culture de cette ville et de l'environnement socio-politique où elle se trouvait était liés, non pas au judaïsme, mais au monde gréco-romain du pourtour de la Méditerranée, avec une langue et une écriture communes à un grand nombre de personnes, contrairement à l'hébreu ou l'araméen. D'ailleurs les premiers textes de référence de la foi chrétienne ont été rédigé en grec. Paul était un biculturel. 

Notre contexte d'aujourd'hui

Ce n'est plus celui des réformateurs du 16ème siècle, ni des philosophes des Lumières, ni des théologiens de nos vénérables facultés de théologie à Genève ou ailleurs en Europe et aux États-Unis. La langue «grecque» est devenue numérique, «algorithmée» et la culture s'est mondialisée. Le pourtour de la Méditerranée englobe maintenant le monde entier. C'est une opportunité extraordinaire pour diffuser le christianisme. Pourquoi Dieu organiserait-il la fin du monde, justement au moment où il a des outils culturels, de langue, de langages accessibles par un immense bassin de personnes? Ce qui est sûr, «Antioche» va probablement se déplacer, peut-être vers la Chine, par exemple. 

Une spiritualité en mouvement qui épouse aussi les «trajets» socioculturels, technologiques et les innovations des humains

Un développement de l'est vers l'ouest

Un développement de l'est vers l'ouest

On discerne dans le monde, depuis la nuit des temps, une sorte de mouvement de l'est, vers l'ouest dans les questions d'innovation, surtout en ce qui concerne les supports de communication, extrêmement utiles pour la diffusion de la foi chrétienne. Mais les moyens de transport et les voies commerciales ont joué aussi une part essentielle. Du temps de l'apôtre Paul, elles jouaient même un rôle plus important que le support parchemin.

Au Moyen-Âge et par la suite, la foi chrétienne ne se serait pas répandue aussi rapidement sans les bateaux et par exemple l'invention du gouvernail d'étambot au 13ème siècle.

La Chine a inventé le papier vers l'an 100 et l'imprimerie, mais plus tard, l'impression sur papier a été perfectionnée, avec les lettres mobiles métalliques, par Gutenberg, en 1450 à Mayence.

En Europe, des innovations se sont succédées en rafales, surtout au 19ème et 20ème siècle,  favorisant la diffusion de la foi chrétienne, par exemple, la pile électrique par le physicien italien Alessandro Volta (1800), l'invention de la photographie par Nicéphore Niépce et Louis Daguerre (vers 1839), le cinéma par les frères Lumière (vers 1895), la radio par Marconi (vers 1901), le premier ordinateur par l'anglais Alan Turing (en 1936). Ce sont les siècles de l'accélération et effectivement nous nous rapprochons de la fin des temps.

Puis l'innovation a franchi l'océan Atlantique pour continuer, avec le même rythme, au pas de charge, à se développer sur la côte est des Etats-Unis. La Dépression en 1930, une crise majeure, a mis en évidence pour les décideurs politiques le lien entre le progrès scientifique et technologique, l’emploi et la création de richesses. L'afflux aussi de migrants, avec un grand potentiel pour l'innovation, venant, entre autre de l'Allemagne, a boosté cette région du monde.

Actuellement le mouvement vers l'ouest se retrouve en Californie avec les plus grands laboratoires technologiques du 21ème siècle et des créateurs comme Jobs et Wozniak qui ont lancé Apple en 1976.

Et nous nous retrouvons dans l'ère géographique du Pacifique, juste en face de la Chine qui a inventé le papier et de Taïwan qui est le premier producteur mondial de semi-conducteurs. La boucle est bouclée. Ce qui me fait dire que l'avenir du christianisme va peut-être se retrouver en Asie, pourquoi pas?

C'est intéressant de noter que ce flux d'innovations, d'est en ouest, est également doublé par une influence théologique et par du financement. Beaucoup d'associations et d'églises n'existeraient pas en Europe sans l'argent des chrétiens du Bible Belt américain. Au 19ème siècle, c'est l'Angleterre qui a lancé les premiers réveils qui ont influencé le continent européen. Au 20ème siècle et maintenant au début du 21ème, se sont les modèles nord-américains de vie spirituelle et d'églises qui dominent. On ne fait que courir après eux. C'est un must d'avoir un doctorat en théologie d'une faculté américaine. À quand le modèle chinois?

Un indice pour soutenir ma thèse

Taïwan, cette île où Tchang Kaï-chek s'est réfugié avec ses partisans lors de la prise de pouvoir de Máo Zédōng en Chine continentale, est actuellement peuplée d'une minorité de chrétiens qui parlent chinois. Certains chrétiens taïwanais disent que leur pays sera la tête de pont pour évangéliser la Chine et ils voient la main de Dieu dans l'histoire de leur île. Les églises de langue chinoise, en Europe, sont majoritairement dirigées par des pasteurs taïwanais.

La longue marche vers l'ouest continue. Lorsqu'elle aboutira, c'est peut-être à ce moment-là que se produira la fin du monde.

Conclusion

Le post précédent était plus optimiste quant à l'avenir pour l'Europe. Ce que j'ai surtout voulu montrer, c'est qu'il faut apprendre et accepter que nous ne sommes plus le centre du monde quant à la diffusion de l'évangile. Comme en foot nous sommes relégués en deuxième ligue. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut arrêter de jouer.

* De l'homo sapiens à l'homme interactif, collectif d'auteurs piloté par Bernard Cathelat, Ed. Denoël, 1998.

Commenter cet article