Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Pourquoi nos messages patinent-ils?

31 Janvier 2022, 09:00am

Publié par Henri Bacher

Pourquoi nos messages patinent-ils?

Si nous affirmons que le message de Dieu est puissant pourquoi a-t-il de moins en moins d'impact sur nos concitoyens européens? Est-ce qu'il nous manque la foi en un Dieu puissant? Nous manque-t-il des miracles, des prophéties? Je répondrais à ces questions par la parabole du chariot dans le style western et de son attelage de chevaux.

Go, Go!

Notre culture d'église évangélique, non réformée, est très imprégnée par celle des églises du Bible-Belt étatsunien. Bien que ce soit un brin caricatural de nous comparer à ces églises conservatrices, mais qui ont largement financé l'évangélisation mondiale, nous avons adopté leur style hérité de la conquête du Far-West: go, go vers l'ouest pour conquérir de nouveaux territoires. Donc tout naturellement nous prenons la symbolique du chariot et de son attelage de chevaux pour réfléchir, d'une manière parabolique, à notre impact aujourd'hui.

Pourquoi nos messages patinent-ils?

Le chariot et son attelage, une articulation qui fonctionne en systémique

Un chariot sans chevaux ne va pas très loin et des chevaux sans chariot à tirer peuvent sûrement s'occuper autrement. Chaque partie de ce système de transport peut donc être parfaitement autonome, mais ne remplira pas forcément le but qui a été prévu au départ: transporter des marchandises ou des personnes d'un endroit à un autre. Notre but, comme communauté chrétienne, c'est d'apporter le message du Christ plus loin. Ce système doit s'adapter entre les deux composantes: chevaux et chariot. Plus le chariot est lourd plus il faut des chevaux costauds. Il y a aussi le but à atteindre. Si vous charger votre chariot de bouteilles d'alcool à vendre à des communautés abstinentes, comme certaines communautés du Bible-Belt, votre « système » patine. Là, je fais du marketing, mais peut-on appliquer cette manière de voir à la transmission de l'évangile?

Interprétation de ce binôme chariot / chevaux

Le message, je ne le prends pas seulement sous l'angle de la « marchandise » à transporter: livres, flyers, clips vidéo et audio, spectacles, etc..., mais spécialement sous celui de sa création, de son élaboration théologique. 

Les chevaux, éléments essentiels, dans ce « système » de transport, c'est l'incarnation. Ce sont les chrétiens qui « tirent » le message du Christ, par leur manière de vivre, par leur exemple. Ne poussons pas la parabole trop loin, car un attelage à besoin d'un cocher. Est-ce le pasteur, le Saint-Esprit? Je n'irais pas jusque-là et je me tiendrais juste à l'interprétation fondamentale, celle de l'incarnation.

Pourquoi a-t-on de la peine à faire marcher correctement ce « système »?

O Premièrement, sous l'influence de la culture de l'écrit et de l'école, on nous a appris à traiter toute proposition intellectuelle en décortiquant la réalité pour la comprendre. On a de la peine de penser en systémique, donc on a des penseurs théologiques qui ne comprennent rien à la conduite d'un attelage. Ils ne sont non plus formés pour créer le contenu théologique pour des « utilisateurs » à l'ouest de leur planète académique. 

O Comme nos spiritualités occidentales ont comme base la culture de l'école, une majorité de personnes avaient un fond de compréhension commun, donc le théologien s'est peu préoccupé du transport, de l'incarnation. 

O Le théologien et le pasteur devraient faire le chemin inverse: vivre parmi les gens qu'ils veulent atteindre (l'apôtre Paul faisait des tentes), s'entraîner à conduire un attelage et puis à la fin penser son message en fonction de ce parcours. C'est bien l'exemple du Christ sur terre, même s'il avait de la peine avec certains de ses chevaux!

Le dérapage actuel

On remplace les chevaux par des montures électroniques très puissantes, mais on transporte toujours le même alcool fort chez des abstinents. L'accent est mis sur l'attelage et de moins en moins sur le message. Il faudra aussi entraîner les attelages à « s'incarner ».

#évangélisation #théologie 

 

 

Commenter cet article