Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Comment se forme un disciple (Idée à travailler en groupe)

28 Janvier 2021, 09:00am

Publié par Henri Bacher

Comment se forme un disciple (Idée à travailler en groupe)

La plupart des formations dans l’église sont basées sur le modèle scolaire. Ce qui a très bien fonctionné par le passé. Il fonctionne encore aujourd’hui pour un certain nombre de personnes, mais la majorité est réfractaire à la notion de “cours-comme-à-l’école”, même si vous ajoutez des Powerpoint. Nous allons proposer une idée de formation par initiation, par immersion et non par instruction. Cette idée peut se travailler pour un catéchisme, pour un groupe de maison, mais il va surtout s’adresser à des formateurs qui souhaitent équiper des disciples et des “followers” du Christ. Pour ce faire, nous allons utiliser un documentaire sur un forgeron qui enseigne la ferronnerie à une jeune femme. Si vous cherchez un document de type “académique”, structuré, linéaire, analytique, vous perdez votre temps avec mes propositions.

Principe d’interprétation

Avec cette idée de forgeron je veux plonger le spectateur dans une sorte de parabole de la vie. Je ne vais pas vous livrer une idée clé en main, mais vous donner des pistes de réflexions. Nous allons creuser ensemble, on pourrait aussi dire “forger” ensemble pour trouver des ressemblances avec la vie spirituelle. Vous remarquerez tout de suite que je n’ouvre pas, en premier, la Bible pour en sortir les grandes lignes qui définissent la qualité du disciple. Dans le système scolaire, on part d’un texte explicatif et on ajoute des images pour mieux comprendre. La parabole, comme Jésus l’utilise, fonctionne en “standalone”, indépendamment d’un texte explicatif. Par contre, mon exploration doit correspondre à la mentalité et aux “normes” bibliques. Je ne peux pas dire par exemple, que Dieu est un forgeron qui nous passe au feu et tape sur nous comme un sourd pour nous redresser et nous sauver. Même si la souffrance peut parfois être utilisée par notre divin Maître pour nous façonner, ce n’est pas un principe universel. 

Comment procéder?

Projetez d’abord le documentaire (26 mn) et donnez, avant la projection, des questions pour que les personnes qui regardent puissent préparer des bribes de réponses. Au besoin, le spectateur peut noter des mots importants qui sortent de la présentation.

Voici quelques questions type:

1. A quelle personne aimeriez-vous ressembler et pourquoi?
2. Quelles sont les qualités du forgeron-formateur et celui de l’apprentie? Peut-on appliquer ces qualités à la vie spirituelle? Tirez des parallèles.

3. Selon vous, quelles dispositions personnelles sont indispensables pour le formateur et pour l’apprentie?
4. Comment le forgeron enseigne-t-il son métier?
5. Comment l’apprentie apprend-elle?
6. Est-ce que l’apprentissage va seulement dans un sens? De l’enseignant à l’apprentie ou bien y a-t-il interréaction?

7. Quelle est la phrase et le conseil qui vous ont le plus impacté?
8. A partir de ce documentaire pourriez-vous définir comment pourrait se former un disciple du Christ?

À partir des questions voici quelques réflexions personnelles tirées de ce documentaire

1. Il est clair que d’emblée ce forgeron est qualifié d’ours. Pas très flatteur, mais finalement, il inspire surtout confiance, tranquillité, mais en même temps il est exigeant. L’apprentie a su garder sa féminité, face à l’ours, un bel exemple d’une femme qui peut faire un métier de mec sans perdre son âme.

2 / 3. Le forgeron tisse d’abord une relation de confiance, malgré ses clichés sur les femmes. Il fait confiance et faire confiance, c’est accepter que l’apprentie se trompe ou ne réussit pas forcément comme le perçage du trou dans le mur avec la perceuse. Dès le départ, il voit les capacités futures de la femme. Il parle de son regard. C’est tout un art de savoir quel “disciple” on a en face de nous. Dans le système scolaire, on considère que tout le monde peut se développer, mais le formateur dans l’église, surtout celui qui forme un futur leader, doit reconnaître les capacités de son apprentie, pour savoir combien de temps il va investir pour lui. Le documentaire laisse entendre que bien des apprentis n’ont pas tenu la route.
Le plus important, c’est que le forgeron, ne veut pas la détourner de sa vision d’artiste qui lui est complètement étranger. D’où sa fameuse phrase: “ne pas seulement faire des pièces d’art, mais rester aussi au service de la population, du vigneron qui a besoin qu’on lui refasse un outil”.

L’apprentie est curieuse, elle s’enthousiasme, elle est motivée. Elle parle de son premier contact avec la forge qui lui “saute à la figure”. Spirituellement comment pourrait-on transposer ce premier élan dans le domaine de la foi? La conversion ne suffit pas. Elle parle de défi. L’apprentissage la met à un carrefour de vie. C’est important pour le formateur de discerner l’importance des choix à faire. L’apprentissage lui permet de comprendre où elle est dans sa vie. Nous formons souvent pour mettre d’emblée les gens dans la place que nous jugeons adéquate pour eux, au lieu de leur laisser découvrir par eux-mêmes quelle est la meilleure place pour eux. Elle dit qu’il est important de vivre dans le paradoxe. 

4 / 5 / 6. Le forgeron met son apprentie directement dans le bain. Mon fils, menuisier de profession, a enseigné, un temps, la menuiserie, dans le cadre d’une église dans un quartier pauvre à Mexico-City. Le pasteur de cette église lui reprochait de se tourner les pouces, car il faisait travailler les apprentis, au lieu que les apprentis le regardent travailler. Dans l’église le pasteur donne un séminaire sur la prière, mais son disciple ne le voit jamais prier, par exemple, pour les malades, sauf pour les prières rituelles du culte. Ce forgeron a quelque chose de particulier, il apprend de son élève. C’est un système de formation réciproque.

L’apprentie accepte d’être “apprentie”. Cette femme qui a exposé dans une grande galerie d’art à New-York accepte de descendre dans une forge et de se faire former par un “ours”. Elle a la capacité de mixer différents domaines, comme celui de s'inspirer de la danse. Dans l’église on s’inspire exclusivement de la Bible. Qu'est-ce que la danse aurait  à faire dans la spiritualité chrétienne? Enfin, on le découvre un peu aujourd’hui. Nous devons apprendre aujourd’hui à puiser dans le domaine artistique pour offrir autre chose que des comportements qui sortent de la base “industrielle”. Celle-ci étant notre doctrine, notre catéchisme, nos rituels sclérosés.

Quelques idées et exemples

Un jeune pasteur a fait un catéchisme avec des ados tout en réparant un vieux bateau. Bon, ils habitaient au bord du Lac Léman. Il n’a pas fait le catéchisme avant et puis un bricolage après pour les occuper, mais il a utilisé la rénovation comme symbolique de la rénovation chrétienne. Il enseignait comme le forgeron tout en faisant.

Ma femme enseigne le français à une femme chinoise en faisant des activités comme de la pâtisserie, en visitant une boutique de seconde main, en créant ensemble des peintures, etc... Chaque fois, ça lui donne la possibilité de travailler le vocabulaire tout en immergeant le vocabulaire dans une activité réelle. Nous, en église, on apprend encore le "vocabulaire spirituel” en dehors de la réalité des gens.

Pour parler de la venue du Christ à la fin des temps, j’ai emmené des personnes observer le lever du soleil. On habite une région face au Mont Blanc, donc un lever du soleil, par beau temps, est toujours spectaculaire. Ils avaient simplement quelques questions à la main tout en observant. Que ressent-on face au lever du soleil, si on n’a jamais vu le soleil se lever? On croit qu’un jour le Christ va revenir, mais pourquoi est-on sûr que le Christ va revenir? Quels sont les prémisses qui annoncent le lever? Par exemple les chants des oiseaux. Est-ce que le chant des oiseaux va accélérer le lever? Est-ce que nos chants de louanges vont hâter le retour du Christ? C’est lui qui décide.

Les voyages sont un excellent vecteur de formation. On peut visiter une exposition d’art et prendre le temps de manger ensemble après la visite et d’en faire un tremplin de formation. Avant la visite, on donne des questions pour orienter la visite et pouvoir par la suite en tirer des conclusions. Pour les gens de la région lyonnaise: La demeure du Chaos (non chrétien) <https://www.demeureduchaos.com/> ou le Musée d’art sacré contemporain de Saint-Hugues-de-Chartreuse (Isère) <https://musees.isere.fr/musee/musee-arcabas-en-chartreuse>

Quelques références bibliques

- Les débuts de la formation du prophète Samuel: 1 Samuel 3:1
- Le “disciple” d’Élie: 1 Rois 19:19-21
- Choix des disciples du Christ: Marc 3:13-19
- Le choix de Paul: Actes 16:1-5

Comment se forme un disciple (Idée à travailler en groupe)
Comment se forme un disciple (Idée à travailler en groupe)
Commenter cet article