Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Des communautés de palier pour (ré)évangéliser l'Europe

12 Janvier 2023, 09:00am

Publié par Henri Bacher

 

Avec Fraterpoly nous offrons des idées, des analyses, des réflexions, du matériel pédagogique pour développer une nouvelle approche de l'évangélisation basée sur la proximité et le repas. Pour nous, ça a démarré sur un palier d'immeuble.

 

 

Des groupes de maisons? Des groupes d'études bibliques? Des églises de maison?
Rien de tout cela tout en gardant certaines spécificités de ces groupes. Nous ne voulons pas réinventer la roue et mettre en cause ce qui s'est fait avec beaucoup de bonheur dans le passé. Tous ces groupes peuvent continuer à se développer, entre autre pour nourrir la communauté principale, mais Fraterpoly se veut être une nouvelle manière d'évangéliser l'Europe par des groupes de personnes qui explorent un certain nombre de questions que se posent les gens. Ce n'est pas conçu comme un programme scolaire ou un programme pour apprendre une nouvelle langue «spirituelle». Les personnes qui vont s'intéresser, par exemple, à un cours de langue, connaissent au départ, leur objectif. On a un peu calqué le fonctionnement des groupes se réunissant dans une maison, sur l'idée que les gens autour de nous avaient des aspirations spirituelles, mais aujourd'hui les gens savent de moins en moins ce qui devrait les intéresser ou bien, ils calquent leurs recherches «spirituo-ésotériques» sur les thèmes qui flottent sur les réseaux sociaux. Ils s'intéressent à des foules de sujets, mais celui de la spiritualité chrétienne, traîne trop de casseroles pour attirer encore du monde.

Ces groupes classiques misent surtout sur le «connaître» (connaissance de la foi) et Fraterpoly met en avant le «vivre» (vivre avec les gens). Dès qu'on fait référence au vivre ensemble, on pense tout de suite à «communauté». Pour nous, la manière la plus simple de vivre l'aspect communautaire, c'est le repas et non une rencontre de personnes assises face à une scène ou un conférencier. On parle même de «liturgie» du repas. La Bible est truffée d'exemples de personnes qui ont mangé ensemble et d'où sont sorties des affirmations théologiques extraordinaires. Fraterpoly ne propose pas des repas où l'on organise un enseignement de type scolaire, mais la possibilité de causer, de jouer, de se faire des amis, de partager des soucis, des expériences, de prier les uns pour les autres. Le fil conducteur va être, bien sûr, de vivre la foi au milieu des gens, comme le Christ a vécu parmi son peuple en Palestine. Ça peut se concrétiser par ce que nous appelons «communauté de palier», c'est-à-dire des personnes qui habitent dans un rayon où il n'y a pas besoin de voiture ou de transports publics pour se rencontrer, surtout en cas de besoin: garde d'un enfant malade, soutien pour un ado en difficulté, besoin de se faire réconforter, problème informatique qui peut être résolu par un «voisin de palier» qui s'y connaît, profiter de la voiture du prochain pour faire ses courses au supermarché, etc... C'est peut-être aussi le partage de ressources financières et autres.

Une expérience concrète qui a des hauts et des bas
Avant de vous inciter par écrit à vous lancer dans l'expérience Fraterpoly, nous l'expérimentons depuis plusieurs années. Actuellement nous la vivons directement sur notre palier d'immeuble avec un couple taïwanais qui est venu par hasard habiter en face de chez nous. Nous les avons découverts lorsqu'un jour, lors de la pénurie des masques anti-covid en France, nous avions trouvé dans notre boîte à lettre un masque, offert par ce couple et qui mentionnait qu'il le faisait au nom du Christ. Il avait distribué un masque dans toutes les boîtes de l'immeuble. 

Ainsi s'est implémentée une «communauté de palier» qui avait déjà commencé, quelques années plus tôt, avec d'autres personnes, toujours sur le même palier. Malheureusement cette première expérience a volé en éclat, pour des motifs que nous n'avons pas pu gérer. Ce genre d'expérience est aussi lié à des échecs. Avec nos amis taïwanais, qui eux fréquentent une communauté chinoise et nous une communauté francophone, nous nous entraidons, nous mangeons ensemble, nous prions ensemble, nous nous encourageons mutuellement. Nous nous rendons service, sans avoir une vie liturgique. Les rencontres se font selon les besoins du moment. Nous avons produit des clips vidéos ensemble, comme celui, par exemple, sur la gestion du temps. En retour, notre amie taïwanaise, profite des cours de français de sa voisine de palier et moi de l'aide d'un informaticien qui me dépanne de temps en temps. Avec ces amis, nous les soutenons pratiquement et spirituellement pour évangéliser les chinois vivants ou étudiants dans la ville internationale de Genève.

Y a-t-il eu d'autres expériences de ce type dans l'histoire de l'église?
Sans hésiter: oui! Le réformateur strasbourgeois, Martin Bucer, influenceur de Jean Calvin, a préconisé la création de groupes de quartier pour apprendre à vivre la foi chrétienne au milieu de la grande communauté qui se rassemble le dimanche matin. Une expérience similaire a eu lieu, bien avant l'émergence des réformateurs Calvin et Luther, au Pays-Bas avec la Devotio Moderna qui a eu des influences jusqu'en Suisse et qui a aussi marqué Erasme de Rotterdam, un des précurseurs de la Réforme.

Concrètement, ci-dessous, nous offrons des idées de repas pour des personnes qui ne sont plus catéchisées. Nous implémentons régulièrement notre offre.

Pour accéder à l'ensemble des propositions pour animer une rencontre/repas

 

Commenter cet article