Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Comment utiliser les dons spirituels en église - Conseils -

5 Août 2021, 08:00am

Publié par Henri Bacher

Comment utiliser les dons spirituels en église - Conseils -

La gestion des dons spirituels (prophétie, vision, guérison, sagesse, discernement, etc...) en communauté est souvent une source de difficultés et d'incompréhension. Voici quelques conseils, surtout pratiques, pour permettre le développement des dons et leur utilisation. Nous ne nous adressons pas à des églises qui pratiquent déjà ces dons, mais surtout à celles qui en sentent la nécessité ou dont certains membres poussent à les utiliser. Notre point de départ, c'est que la Bible est très claire au sujet de ces dons. L'apôtre Pierre les a annoncés à la Pentecôte. Certains courants d'église, pourtant très attachés au texte biblique, ont carrément mis sur la touche la pratique de ces dons.  Rassurez-vous, nous ne voulons pas vous transformer en charismatiques, mais il y a des moyens simples et efficaces pour gérer ce domaine spirituel, en friche dans certaines communautés.  

Pourquoi cet intérêt pour les dons spirituels?

Nos contemporains versent de plus en plus dans ce monde téléguidé par les émotions. On a très vite affublé ces nouveaux développements par des termes et un vocabulaire très négatifs. Le «new-age» est devenu l'ennemi de la foi chrétienne. Pour le chrétien de la mouvance évangélique classique entendre parler de croyants qui font le chemin de Compostelle, qui font des retraites spirituelles dans un monastère, c'est peindre le diable sur la muraille. Rassurez-vous, nous ne voulons pas vous entraîner sur ces chemins en partie aussi liés à l'ésotérisme. Il faut arrêter de vouloir intéresser nos contemporains avec nos discours logiques, raisonnables, bien charpentés bibliquement parlant. C'est un peu comme l'eau qui passe sur les plumes du canard. Plus vous enfourchez ce style de pensée hérité de la Réforme et de certains mouvements de réveils du XIXème siècle, plus vos communautés vont dépérir. Nous voulons mettre à l'honneur le travail avec le Saint-Esprit en sachant bien qu'un bon prédicateur analytique peut tout autant être inspiré par l'Esprit. Les dons du Saint-Esprit sont des outils exceptionnels qui répondent à ce que nos contemporains attendent de l'église: les brancher sur l'irrationnel quitte à marginaliser le rationnel, froid, philosophique, scolaire. 

Charismatique de cœur ou charismatique sociologique

Dès qu'on brandit l'irrationnel, c'est comme le toréador qui provoque le taureau avec sa capote écarlate. Je me considère comme un charismatique de cœur et non comme un charismatique sociologique. Vous savez, ceux qui pensent que la sauce charismatique est essentielle pour travailler avec les dons: emphase, gesticulation, mise en scène liturgique, comme par exemple le parler en langues communautaire, chaleur émotionnelle, vocabulaire spécifique dédié du style «Dieu m'a dit», etc... Pourquoi pas, si on sait que la sauce peut faire passer certains «ingrédients spirituels», à condition aussi de saisir qu'on ne peut pas se nourrir uniquement de «sauce». Il faut aussi du solide nourrissant. C'est celui qui met le chrétien en route, qui lui donne réponse à ses questions existentielles, formulées à la manière analytique, scolaire, mais aussi, comme nous le faisons, en favorisant la compréhension par l'émotion.

Pourquoi les dons spirituels ont-ils mauvaise presse dans certains milieux?

Le courant théologique (celui des dispensations) initié par le brillant théologien Cyrus Ingerson Scofield (1843 - 1921) a fait beaucoup de tord à la gestion équilibrée des dons spirituels. Il a cantonné la pratique des dons dans les débuts du christianisme. C'était probablement aussi une réaction à la montée du pentecôtisme. Il y a eu beaucoup de dérapages dans le domaine de la pratique de ces dons, mais on ne va pas éliminer les rails sous prétexte qu'il y a eu des accidents ferroviaires. La théologie froide et rationnelle a fait autant de dégâts que celle qu'on a taxé de «pentecôtisme» et d'illuminisme de bas étage.

Conseils sur la manière d'utiliser les dons

Pour nous les dons spirituels, dont on a une liste sous Romains 12:5-8 et 1 Corinthiens 12:4-11, sont avant tout des outils et à prendre comme tels. Ils ressemblent à une clé à molette:


 

Comment utiliser les dons spirituels en église - Conseils -

Une clé sert soit à resserrer un écrou, soit à le desserrer. Utiliser un don sert donc à rectifier des situations avec ceci de particulier, c'est que celui qui manie la clé, c'est le Saint-Esprit et il le fait avec amour. Il n'est jamais brutal et il n'agit que sur demande de la personne qui en a besoin. Le premier des conseils, c'est donc offrir la «révélation» comme un service que l'autre peut accepter ou refuser. 

Le deuxième conseil et c'est pour ça que j'ai choisi une clé à molette, cet outil peut régler la largeur de prise. Une «révélation» s'adapte soit à un groupe ou à une personne. Il y a des moments propices pour donner la «révélation». Le réglage c'est aussi une forme de contrôle. Ce n'est pas vous qui devez contrôler la justesse de ce que vous allez dire, mais celui qui reçoit votre indication spirituelle. Si la «révélation» vient du Saint-Esprit, celui-ci aura aussi pris le soin de vérifier si la personne est réceptrice. C'est trop facile et irresponsable de décréter que si la «révélation» ne passe pas, la personne ou le groupe s'opposent à l'action du Saint-Esprit. C'est pour ça aussi qu'il faut avertir, dès le départ, que vous pouvez vous tromper. Une révélation du Saint Esprit, donnée par une personne, n'est JAMAIS exempte d'erreur. Pas à cause de l'Esprit, mais du fait que nous restons des pécheurs qui filtrons mal les indications divines. Toutes les personnes qui utilisent les dons du Saint-Esprit, vous diront, si elles sont honnêtes, qu'il y a des indications qui n'ont pas toujours «matché». D'autres mettent des années à se réaliser. Certaines, vous n'allez pas les donner, mais ça mettra en route vos prières et votre manière de vous relationner avec la personne en question. Vous avez une responsabilité. Le prophète est maître de sa prophétie, il ne peut pas simplement se réfugier derrière le Saint-Esprit. Nous sommes en partenariat avec l'Esprit et nous ne sommes pas des «tuyaux de prédiction». Un des contrôles importants, (1 Corinthiens 14:29 et 1 Thessaloniciens 5:20) surtout si vous vous adressez à un groupe, c'est de demander au responsable ou au pasteur de vérifier auparavant votre prestation, surtout si vous n'êtes pas connu dans le groupe. Plus il y a des boucles de contrôle, plus efficace sera la «révélation». C'est pour ça que je déteste les prophètes qui se profilent sur les réseaux sociaux. Qui est-ce qui contrôle leurs prestations prophétiques?

Comment commencer?

Si vous n'avez pas l'habitude d'utiliser les dons, ne le faites pas d'emblée au culte. Faites-le dans un petit groupe de personnes. Donnez des consignes très claires en relation avec le contrôle. A un moment donné, si votre communauté est préparée (par des prédications, des témoignages, des études bibliques) à recevoir des «révélations» ouvrez le «robinet» pour un public plus large. Pour les individus qui veulent se lancer, il faut commencer par tester votre «révélation» avec des personnes de confiance. Elles vous diront déjà si ça «matche» ou pas. On ne peut vérifier un don qu'en l'expérimentant.

Un exemple personnel parmi d'autres

Un jeune couple de nos amis a eu un enfant qui a été testé très tôt comme sourd à environ 40%. A l'époque, je leur ai transmis l'image d'une forteresse, reçue dans un moment de prières avec mon épouse (aussi la première boucle de contrôle). L'image voulait dire que sa surdité sera comme une forteresse dans sa vie, une protection nécessaire parce que leur fille sera une personne hyper douée. Seize ans plus tard, effectivement la fille est brillante, très scolaire, avec des talents relationnels, des talents d'artiste, dont vous pouvez voir le résultat dans un de nos clips (à 02:08). Cette image montre aussi pourquoi on a besoin de révélations. Jamais on n'aurait pu donner une telle image, sans l'aide du Saint-Esprit (c'est ce que j'appelle, le côté irrationnel de la foi). Cette image leur a permis d'élever leur fille non pas dans la perspective d'avoir une fille handicapée à vie, mais une personne qui a de réelles perspectives d'avenir et que cette fameuse surdité est un moyen de protection. Ça change tout pour éduquer une gamine.

Commenter cet article