Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Analyser en profondeur sa communauté pour connaître ses performances (questionnaire)

29 Avril 2021, 08:00am

Publié par Henri Bacher

Analyser en profondeur sa communauté pour connaître ses performances (questionnaire)

Intentionnellement nous laissons de côté les aspects spirituels, car le pasteur connaît bien ce domaine. La batterie de questions que nous vous proposons est inspirée de l’économie. Prenez-les comme un outil qui a ses limites lorsqu’il est appliqué à l’église. N’y voyez non plus le reflet d’une certaine théologie qui aurait minimisé l’action du St Esprit où qui serait teintée par l’évangile de la prospérité. Autre remarque: même si nous devons être performants dans le cadre de l’église, la performance n’est pas un critère d’évaluation de la spiritualité. C’est la pratique journalière de l’évangile qui authentifie notre pensée et notre action. 

La majorité des personnes qui viennent dans vos murs souhaitent réaliser une «œuvre», soit personnelle soit communautaire.

L’église: la situation actuelle

1. Les origines et le développement actuel
a) Quand l’église a-t-elle été créée?
b) Quel est son statut juridique?
c) Qui sont ou étaient les fondateurs?
d) Quels sont les principes fondateurs des pionniers?
e) Dans quelles circonstances s’est constituée la communauté
    (nouvelle implantation, essaimage, division,
    regroupement, fusion)?
f)  Quelles sont les autorités de tutelle (hiérarchie, fédération, etc.)?
g) Quels ont été les grands succès de la communauté?
h) Comment se sont surmontées les grandes difficultés?
i)  Situation financière des trois dernières années.


2. L’environnement religieux et socioculturel
a) Sur le plan régional ou national quel est notre modèle
    de développement?
b) Quel est le potentiel d’expansion sur notre territoire?
c) Qui sont les partenaires, les «concurrents»?

     (Ne le prenez pas sous l’angle commercial, 
     mais plutôt sous celui de l’émulation saine et constructive).

d) Quels sont les facteurs importants pour réussir à percer?
e) Quels sont les règles, les lois communales,
    les limites à respecter?
f) Qui sont les membres de notre communauté
    (du point de vue socioculturel, économique, ethnique,
    arrière-plan religieux)?
g) Quels sont les avantages et les désavantages
    de nos prestations par rapport aux autres églises environnantes?
h) Comment se vit la collaboration entre les partenaires
    et/ou les «concurrents»?


3. Situation géographique
a) Avantages et désavantages de nos installations.
b) Sur quels points de passages se trouve notre église?
c) Quelle est notre visibilité
    (sur le plan géographique, médiatique, culturel,
    religieux, social)?

4. Forces et faiblesses
a) Dans nos prestations pour le monde qui nous entoure.
b) Dans nos prestations pour nos propres membres.
c) Dans notre communication externe et interne.
d) Dans le management de la communauté.
e) Dans la créativité et la recherche de nouvelles idées
    et de nouveaux procédés de travail.
f)  Dans les finances.

 

Vision et stratégie: l’avenir

1. La vision
a) Quelle est la vision de la communauté
    (à ne pas confondre avec les objectifs)?
b) Qui est à l’origine de cette vision?
c) S’il n’y en a pas, comment comptez-vous la développer?


2. La stratégie
    (ne peut pas se développer sans la définition de la vision)
a) Quels sont nos buts ou objectifs stratégiques?
b) Pourquoi voulons-nous atteindre ces buts?
c) Comment la communauté devra-t-elle se développer
    pour améliorer sa performance en ce qui concerne
    les prestations aux membres, les services aux gens 
    en dehors de l’église, son message, sa communication, 
    sa représentativité?
d) Pour atteindre ces buts, quels sont les changements
    fondamentaux nécessaires (en relation avec les mentalités,
    la spiritualité, l’engagement, le fonctionnement, l’organisation)?

Les services: besoins et offres

1. Description
a) Énumération des services et personnes visées par notre action
b) Quel est leur impact véritable?
c) Est-ce que nos services correspondent au besoin des gens?
d) Combien de personnes à la fois servons-nous?
e) Avons-nous développé des services qui nous font plaisir à nous,
    avant de rendre «service» aux autres?
f) Quel est l’originalité de nos prestations?
   (question importante quand on pense à l’action du Christ
   et des apôtres par rapport aux prêtres de leur époque).
g) En quoi nos services sont-ils différents de ceux
    de nos partenaires et/ou «concurrents»?
h) Quels sont les «segments» de la population
    que nous servons (en relation avec l’âge, le niveau socioculturel,
    les critères ethniques, les critères religieux)?

2. Développement des services
a) Avons-nous un service de recherche et d’expérimentation
    pour mettre au point de nouvelles idées, de nouveaux services,
    de nouveaux «produits», où est-ce qu’on se contente de copier
    les «concurrents» et de rester dans les services du passé?
b) Faisons-nous régulièrement des enquêtes de satisfaction?
    Avons-nous un entretien avec les gens qui nous quittent
    pour connaître leurs motifs?
c) Quelles sont les forces de nos services et prestations
    (prédications, animations, études bibliques, catéchisme,
    relation d’aide, conseils, etc.).
d) Quel est le pourcentage de réussite? Pour l’église,
    combien de personnes ont rejoint la communauté
    et y sont restées? Combien ont quitté et pourquoi?
e) Quelles sont nos faiblesses? Où sont les maillons faibles?
f)  Quel est l’impact des nouvelles technologies
    de communication sur nos méthodes de travail?
g) Que faisons-nous comme efforts dans le domaine publicitaire
    pour faire connaître la communauté et ses activités?


Les hommes et femmes: talents et formation

1. Talents et dons
a) Avons-nous fait un inventaire succinct?
b) Quelles sont les lacunes (par rapport à notre vision
    et nos objectifs)?
c) Quels sont les dons et talents que je peux emprunter
    aux partenaires et/ou «concurrent»
    pour atteindre mes objectifs?
d) Quel est notre système de reconnaissance
    (récompense, award, remerciement, etc.)
    pour les collaborateurs fidèles (en attendant
    bien sûr la récompense finale !)?
e) Quel est notre système de supervision? D’évaluation?

2. Formation
a) Quelles sont les formations nécessaires?
b) Quelle «carrière» (celle d’ancien par exemple) faut-il lancer?
c) Quel est le système de prospection des nouveaux dons
    et talents?
d) Comment formons-nous ou accompagnons-nous

    ces «nouveaux»?
e) Que faisons-nous pour les garder?
f)  Que faisons-nous pour améliorer les connaissances
    et les techniques de nos collaborateurs de longue date?

Le public-cible: définition et possibilités

1. Définition
a) Qui voulons-nous atteindre? Quels sont les nouveaux créneaux
    de développement?
b) Quels sont les groupes-cibles non atteints
    sur notre territoire géographique
    ou sur l’espace socioculturel environnant?
c) Quels sont les besoins des gens que nous voulons atteindre?
d) Avons-nous faits des enquêtes sur les besoins
    de nos futurs membres?

2. Possibilités
a) De quelles forces disposons-nous?
b) Que faut-il développer pour rejoindre notre public-cible?
c) Quelles stratégies avons-nous élaboré? Sur un an, sur cinq ans?
d) Quelle est notre stratégie publicitaire?
e) Avec qui allons-nous collaborer?
f) Quelles sont nos ressources financières?

La collaboration: définition, avantages et risques

1. Définition
a) Sur quels créneaux travaillent nos partenaires
    et/ou «concurrents»?
b) Quel est leur public-cible?
c) Quels sont les points d’entente?
d) Quels sont les points de désaccord?
    (à répartir entre fondamentaux, 
    
importants et secondaires)

2. Avantages et risques
a) Sur quels points nos stratégies se rejoignent-elles?
b) Que peut-on mettre en commun?
c) Dans quels domaines n’allons-nous pas collaborer?
d) Quels sont les risques pour notre communauté
    et pour notre développement?

 

Commenter cet article