Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

S'inspirer de la Création pour se développer: le rôle de la graine

18 Mars 2021, 09:00am

Publié par Henri Bacher

S'inspirer de la Création pour se développer: le rôle de la graine

Selon l'apôtre Paul la Création est le deuxième livre de Révélation après la Bible (Romains 1:20). L'écologie nous a ouvert un boulevard pour s'intéresser à cette Création. Comment en tirer des leçons de vie et de compréhension qui complètent l'approche scolaire de la spiritualité chrétienne? La Bible reste le livre de référence, entre autre pour les questions de salut, mais la nature peut nous aider à penser comme Dieu pour nos relations humaines, pour développer, par exemple, une communauté ou évangéliser. Nous allons sortir régulièrement des posts sur le thème du théomimétisme. Aujourd'hui nous abordons le thème de la graine de l'évangile.

S'inspirer de la Création pour se développer: le rôle de la graine

La Graine comme modèle pour diffuser l'évangile

S'inspirer de la Création pour se développer: le rôle de la graine

Toute graine, même sous forme de fines poussières, comme chez les orchidées, contient un embryon capable de donner une nouvelle plante entière. Elle renferme aussi des réserves nutritives pour aider au développement de la jeune plante. Pour diffuser l'évangile, nous devons condenser le message dans une «graine». Cette graine doit pouvoir se diffuser facilement, donc elle doit seulement contenir le potentiel de développement et non tout le développement de la spiritualité chrétienne.

En fait, il y a deux composantes dans nos graines d'évangile.
L'une qui est résumée dans:

1 Corinthiens 8:6
... néanmoins pour nous il n'y a qu'un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes.

et l'autre qui est la manière dont nous allons condenser le message initial pour qu'il produise des plantes entières et des fruits. En fait, d'une manière caricaturale, on pourrait dire que Dieu ne nous donne pas une graine d'évangile standard, unique, clé en main. Il nous inspire, par le Saint-Esprit, pour créer les assemblages propices à certains terrains. Nous ne créons rien, mais Dieu nous laisse le choix de la composition. Si vous jetez la graine du raisin dans un marécage, elle va pourrir. Il lui faut un terrain rocailleux. Le cocotier diffuse la noix de coco par les courants marins, donc il faut que la graine ait une coque fibreuse qui lui permette de flotter.

Notre culture scolaire nous a éduqués à ne développer qu'un seul type de graine que nous pensons pouvoir adapter à n'importe quel terrain ou environnement. Dans le monde évangélique on a tellement standardisé la «graine» qu'on se retrouve avec des arbres et des fruits «standards» comme dans le monde de la production agricole, où l'on sélectionne par manipulation génétique (par manipulation théologique!) les fruits qui nous semblent le plus productifs quitte à en perdre le goût d'origine et la diversité de la Création.

Quels sont les fruits que les graines doivent produire?

On est bien d'accord qu'on parle de fruits selon l'Esprit Saint:

Galates 5:22-23

Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; la loi n'est pas contre ces choses.…

Matthieu 7:16
Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons?


Que doit contenir la graine?

Une des compositions que nous connaissons bien et qui a été largement utilisée, c'est les quatre lois spirituelles:

1. Dieu vous aime et a un plan merveilleux pour votre vie.
2. L’humanité est souillée par le péché et est par conséquent séparée de Dieu.
3. Jésus-Christ est la solution de Dieu pour nous délivrer du péché. 

4. Nous devons mettre notre foi en Jésus-Christ comme notre Sauveur afin de recevoir le don du salut et de connaître le merveilleux plan de Dieu pour notre vie.
 

Ce type de «graine» peut toujours encore se diffuser, mais elle s'adapte de moins en moins bien, car les terrains ont changé.
Quelle «graine» pour des personnes qui n'ont jamais été catéchisées, qui ne comprennent même pas le vocabulaire chrétien?
Quelle «graine» pour des milieux artistiques?
Quelle «graine» pour des personnes qui ne lisent plus, mais préfèrent écouter et voir?
Quelle «graine» pour les adeptes d'autres religions?
Etc...

Par quel bout commencer pour assembler une graine d'évangile? Quel pourrait être son «profil»?  Ce thème sera traité, plus en détail, dans un autre post.

Il faut comprendre le terrain où va se poser la graine, mais aussi l'influence du climat. La noix de coco ne va jamais pousser au Groenland. Ce climat peut aussi s'apparenter à la culture. Quel est le type de culture (dans le sens culturel) qui va réceptionner ma «graine»? 

Il faut aussi veiller à l'emballage de la graine pour qu'elle puisse se diffuser toute seule 

Dans ce sens le Créateur est génial. Il crée des graines, qui non seulement contiennent l'embryon, mais qui sont bien adaptées pour se diffuser toutes seules.

1. Il y a les navigateurs. Comme la noix de coco. Il y a beaucoup de noix qui partent à la dérive, mais certaines se perdent en route où dérivent des jours, voire des mois avant d'accoster sur une plage. Une autre image symbolique pour être patient et persévérant. L'aulne, un arbre de sites inondés, confie sa graine à la rivière. Elle flotte grâce à sa richesse en huile et peut encore germer après un an de séjour aquatique.

2. Il y a les aéronautes. Le vent qui souffle est le principal moyen de dissémination des graines. Le pissenlit a une fine aigrette de poils qui surmonte la graine. L'aigrette s'épanouit et au premier coup de vent se transforme en parachute. Ne négligeons donc pas les «vents médiatiques», mais sachons ajouter des «parachutes» à nos messages. 
 

S'inspirer de la Création pour se développer: le rôle de la graine

3. Il y a les autostoppeurs. C'est le génie de la bardane. Son fruit s'accroche très facilement dans le pelage des animaux à cause de sa capsule hérissée de crochets. L'ingénieur suisse Georges de Mestral s'en est inspiré pour créer la bande Velcro. Certains films non-chrétiens véhiculent des messages chrétiens évidents, même s'ils ne sont pas explicites. Philippe, l'évangéliste de Actes 8 était un autostoppeur.

4. Il y a les passagers digérés. Les oiseaux sont des disséminateurs très efficaces. Si nous ingérons l'évangile et nous le "digérons", nous allons aussi disséminer la Bonne Nouvelle, à condition qu'elle ne soit pas «merdique» comme la fiente de pigeon.

5. Il y a les voyageurs dans le temps. Comme la nielle des blés. Ses graines tombent au pied de la plante et se mettent en sommeil. Il suffit qu'une autre espèce s'affaiblisse pour germer à la suite d'une crue (pandémie?) ou d'un labour.

L'évangélisation une opération en systémique 

Dieu met à contribution notre imagination, notre créativité pour diffuser l'évangile et nous devons penser en systémique. Dieu crée avec nous un système performant pour atteindre la personne qu'il veut sauver. Nous n'agissons pas seul. Nous admirons peut-être notre message construit comme une fleur de pissenlit, avec des «aigrettes à poils» très artistiques, super «parachutables», mais sans le coup de vent, notre travail tombe à plat. N'oublions pas que le Saint Esprit est souvent comparé au vent. Dieu seul sait à quel moment il faut souffler, c'est la touche de l'ingénierie divine, la partie la plus importante du «système» de diffusion. Maintenant, il arrive parfois qu'il ne souffle pas et notre travail se perd, comme les noix de coco qui n'arrivent jamais à destination. C'est son problème, pas le nôtre.