Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Croissance et décroissance d'une communauté

28 Avril 2022, 08:00am

Publié par Henri Bacher

Croissance et décroissance d'une communauté

Chaque groupe humain est régi par des mécanismes qui relèvent de la création de Dieu. Si une communauté grandit ce n'est pas toujours le fait de l'intervention directe et massive du St Esprit. Celui-ci peut aussi mettre à contribution des rouages cachés pour faire avancer une communauté, sans forcément utiliser l'approche spectaculaire dont nous sommes si friands. C'est à ce titre que je me suis inspiré d'une théorie de marketing développée par un auteur américain*. Elle ne concerne pas l'église, mais elle peut s'appliquer facilement à notre problématique.

Le point de bascule
Dans sa démonstration, cet auteur montre qu'en associant d'innombrables petits événements et en créant d'autres, on arrive à un certain moment à un point qui fait basculer une situation. Et lorsque celle-ci a basculé, la suite se déroule comme sur des roulettes. Le plus dur, c'est le travail avant le point de bascule. Etant des fils du Réveil du 19ème siècle, nous prions souvent pour que le St Esprit redonne une nouvelle flambée spirituelle dans nos contrées et on imagine que cela se fera du jour au lendemain, par miracle. A Dieu rien n'est impossible, mais je crois que souvent nous négligeons ce qui précède le réveil. L'accumulation des petits riens et des petits commencements qui à un moment donné font basculer la situation dans un réveil.

Typiquement l'apôtre Paul n'a jamais vu le réveil, tel que l'on le conçoit actuellement. Pourtant, c'était un géant spirituel. Il a travaillé toute sa vie en amont du point de bascule qui se fera quelques siècles plus tard, du temps de l'empereur Constantin.

Croissance et décroissance d'une communauté

Croissance
Je ne voudrais pas prolonger ce thème du point de bascule dans l'optique du réveil, mais plutôt chercher des applications dans le domaine de la croissance ou de la décroissance de la communauté. On néglige souvent ces mécanismes qui permettent d'aller plus loin et, en ne les connaissant pas, nous nous privons de leur efficacité. Aborder la croissance d'une communauté avec en tête le point de bascule, nous oblige à travailler de manière différenciée au lieu de nous contenter uniquement de prier et d'attendre l'action du St Esprit.

Le point de bascule dans une communauté, c'est le moment où plusieurs facteurs sont réunis pour créer ce basculement. Il y a, bien sûr, d'abord le nombre de personnes et leur intégration. Pendant des années la progression numérique peut être très lente, il faut la soutenir, ne pas évoluer en dent de scie. Veiller à l'équilibre de la pyramide des âges. Lorsqu'on s'aperçoit qu'une déficience s'installe dans la répartition entre jeunes et vieux, il faut y remédier immédiatement en mettant l'accent sur le maillon faible.

Le point de bascule ne s'atteint pas seulement à coup de grandes réalisations comme de grandes campagnes d'évangélisation et surtout pas en construisant un nouveau bâtiment pour l'église. La progression se fait en soignant une majorité de petits développements et en les faisant fonctionner en synergie. Il faut surtout penser global et pas seulement s'occuper d'une multitude de petits détails qui n'ont souvent rien à voir entre eux. Une des clés, c'est de découvrir les veines dans le tissu social. Nous faisons souvent des "injections" intramusculaires qui n'ont qu'une incidence mineure. Par veine, j'entends les personnes qui ont une influence sur le groupe social dont ils font partie. En marketing on parle aussi de leader d'opinion. Pour faire basculer une situation dans une communauté, il faut avant tout faire "basculer" les leaders d'opinion qui ne sont pas forcément les responsables élus.

Dans nos communautés on travaille trop souvent avec les bonnes volontés au lieu de détecter les talents qui feront la différence. Pire encore, nous ne faisons que de la maintenance. Lorsqu'on fait fonctionner un certain nombre de talents ensemble, on risque d'atteindre plus vite le point de bascule. C'est un travail de persévérance, mais qui portera du fruit… avec l'aide du St Esprit.

Décroissance

Une fois, qu'une situation a basculé, il est très difficile de revenir en arrière. Le point de bascule joue aussi dans l'autre sens. Nous avons parfois laissé pourrir une situation communautaire, par négligence des petits détails annonciateurs du basculement. Tout à coup par manque de prédicateurs jeunes, nous faisons prêcher régulièrement les vieux routiers, en attendant une hypothétique relève. La spirale descendante s'installe et c'est surtout la vieille génération qui apprécie. Les jeunes se font plus sporadiques au culte, mais on continue. Il suffit que deux ou trois jeunes couples quittent l'église pour des raisons professionnelles et voilà que tout à coup le point de bascule atteint sa masse critique qui fait que toute la communauté se retrouve sur la pente descendante sans s'en rendre compte. Et à ce stade, il est quasi impossible de la remonter.

Mais rassurez-vous, le point de bascule, n'est qu'une théorie marketing et qu'est-ce que le marketing a à voir avec l'église? N'est-ce pas?


* Le point de bascule / Tipping point
Malcolm Gladwell
http://www.gladwell.com/

Croissance et décroissance d'une communauté
Commenter cet article