Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Analyse d'un clip réussi pour les réseaux sociaux

24 Novembre 2022, 09:00am

Publié par Henri Bacher

Analyse d'un clip réussi pour les réseaux sociaux

C'est plutôt une analyse technique et culturelle pour servir d'exemple à ce que nous produisons pour les réseaux sociaux. Ce n'est pas un hasard si j'ai choisi un exemple en relation avec la spiritualité catholique, je pense qu'ils ont les outils et la culture interne pour mieux affronter la culture numérique que nous, protestants et évangéliques. C'est dans leur ADN de savoir utiliser avec pertinence les ressorts émotionnels pour diffuser la foi chrétienne. 

Visionnez d'abord le clip ci-dessous:

D'où viennent nos difficultés d'adaptation?
Le monde protestant et plus tard évangélique a été formaté à l'origine par les réformateurs et en francophonie surtout par Calvin. Il a coupé toute manifestation corporelle et émotionnelle dans le cadre des activités cultuelles. Il faut dire que les catholiques genevois de l'époque en avaient marre de tous les gestes liturgiques liés au corps, des pèlerinages, des processions, des cierges à brûler, des fêtes de saints à respecter, etc... Calvin a demandé à ses paroissiens de s'assoir tranquillement sur un banc, de se croiser les bras et d'écouter sa prédication. Celle-ci est devenue, par la suite, le monument incontournable de la spiritualité réformée et évangélique. Un culte sans prédication, n'est pas un culte. Pour son public, c'était un soulagement et un délestage de ce fardeau émotionnel qui pesait sur eux. Même si vous pensez que j'exagère avec cette constatation, je vous rappelle qu'une pasteure saint-galloise a dégommé en 2022 sa chaire à la tronçonneuse, histoire de détrôner le rôle du prédicateur. Si vous suivez les productions actuelles de nos églises sur les réseaux sociaux, vous constaterez que la prédication filmée tient le haut du pavé. De plus, la prédication est d'abord écrite sur papier, pour la lire en public. Donc, elle est conçue pour l'écrit et non pour l'expression orale.

Quelques conseils en s'inspirant du clip de cette moniale
O Elle parle de «langue». Apprendre à parler la langue des réseaux. Lorsqu'un prédicateur se fait filmer en train de prêcher, il n'utilise pas la langue des réseaux, mais celle de Calvin, le protestant.
O Surprendre. Nous pensons que notre message est tellement surprenant, parce qu'il l'est pour nous, que nous oublions que la croix, symbole du christianisme, a très mauvaise presse en Europe, un peu comme une entreprise qui traîne des casseroles derrière elle. Analysez comment sœur Albertine contourne cet handicap majeur. Qu'est-ce qu'elle met en avant? Son institution? Non, elle parle d'elle-même, de ce qu'elle fait, comment elle vit. Souvent, avec le pasteur traditionnel, sur les réseaux sociaux, on a l'impression qu'il se cache derrière la Bible. Il raconte ce que les personnages bibliques font, mais lui, il vit comment sa foi?

O Elle s'ingénie à casser les clichés et s'amuse en utilisant cette formule: «allez là, où on nous attend pas».
O Bien sûr, elle a un charme féminin particulier dont elle n'abuse pas. Tu peux avoir, le message le plus percutant, être rempli du Saint-Esprit, si tu n'as pas ce charme qui crève l'écran, c'est comme un écrivain qui maîtrise très mal la langue écrite. C'est un talent.

O Et cerise sur le gâteau numérique, elle vit avec et parmi ses followers.

 

Commenter cet article