Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Comment une image se transforme-t-elle en icône

28 Juillet 2022, 08:00am

Publié par Henri Bacher

Comment une image se transforme-t-elle en icône

Puisque nous entrons de plein pied dans la culture numérique où l'image est reine, c'est important d'analyser le processus qui transforme une illustration, une peinture, une photo en objet religieux, qui aurait des propriétés de médiation entre le croyant et Dieu.

Sacralisation

La participation à une activité de type sacrée, dans n'importe quelle religion ou spiritualité, nous confronte à la question des images saintes. Lorsqu'on parle des Saintes Écritures, s'agit-il du livre papier ou de la pensée divine contenue dans la Bible?

Dans un cours donné dans un institut de théologie en Suisse et revenant du Pérou, où les images saintes ont une place importante, j'ai jeté ma Bible par terre pour montrer que nous aussi, on avait tendance à transformer la Bible-livre en objet saint. Plus tard, j'ai appris que j'ai scandalisé certains étudiants. On m'a aussi raconté, qu'il y a quelques décennies, une famille très conservatrice, ne posait jamais une Bible sur leur téléviseur. Quand un frère (évangélique) soutient qu'un culte dominical, qui ne comporte pas la distribution de la Saint Cène, n'est pas un culte digne de Dieu, quel est le degré de sainteté qu'il attribue à ce rituel?

L'icône

L'icône est en fait, de base, une interprétation sous forme visuelle d'un concept théologique. Une sorte de codage. On peut «lire» ce codage, comme on lit une interprétation d'un texte biblique. Ce sont les mêmes fonctionnalités, mais l'une est plutôt pour les gens qui n'aiment pas lire, tandis que l'autre se base sur l'analyse d'un texte.

Avec l'icône, c'était très facile, de la considérer comme objet idolâtre, parce que justement, au cours de l'histoire, certaines icônes sont passées de l'objet-pour-aider-à-méditer, au même titre que le texte, dans celui de la médiation. L'objet, mais ça peut aussi se faire avec un texte, nous contacte avec Dieu. Il suffit qu'on la touche ou qu'on lise le texte pour avoir l'impression d'être connecté à Dieu.

Analyse d'un clip faisant la promotion de la Bible

Cette personne illustre parfaitement mon propos. Elle fait passer l'illustration du domaine de l'information visuelle (la consultation d'une Bible) au fonctionnement idolâtre. Ce n'est absolument pas calculé de sa part. Je ne la soupçonne pas de manipulation consciente, même si s'en est une. Une sorte d'illusion. Elle utilise à fond son charme et il est vraiment puissant pour attirer l'attention, indépendamment de ce qu'elle dit ou ne dit pas. Elle crève l'écran et toutes les personnes qui cartonnent en vidéo doivent avoir ce charme. Je ne fais pas de constatation de type moral. C'est la dure loi des écrans! Quelqu'un ou un pasteur qui ne possède pas ce talent visuel inné, indépendamment de sa formation comme théologien et acteur, peut avoir un message biblique percutant, mais tomber à plat.

Pour rendre une image performante, il faut la charger d'une aura mystérieuse, soit par l'illustration, le thème, l'endroit où elle est posée. Si vous posez la peinture de la vierge Marie dans une écurie, elle n'aurait aucun attrait spirituel. L'écran pour cette jeune personne est une mise en scène de son talent de séductrice. Je ne suis pas dur en parlant de séduction, c'est juste la réalité du numérique.

En fait, elle veut projeter un message, absolument contraire au rôle de la Bible. La Bible n'essaye pas de nous séduire. Cette jeune femme «emballe» la Bible dans un emballage qu'elle pense important pour «proposer» son achat et sa lecture. Elle se comporte comme une vendeuse et non comme un témoin.

Une autre clé pour comprendre le passage de l'image-illustration à l'image-idole, c'est le manque de la parole. Une image dite sainte ne s'exprime pas par la parole. Cette jeune femme ne parle pas! C'est ça le piège. Je ne suis pas entrain de dire qu'une personne «charmante» ne doit pas faire de la vidéo. Au contraire, à condition de parler. Ou au moins de «parler» avec les mains, comme dans ce clip avec une jeune femme taïwanaise qui ne parle pas la langue française. Dieu parle et il nous demande de parler. Souvent le chrétien dit qu'il n'a pas besoin de parler de sa foi, de la formuler verbalement, parce que les gens doivent voir sa pratique, avant tout. C'est faux! Une pratique qui n'est pas soutenue par une expression verbale, qui explique le sens de celle-ci, tourne à l'illusion. Cette jeune femme montre en fait, visuellement, que la Bible ne ressemble qu'à une «charmante personne». 

Comment faut-il réagir?

En fait, je suis dur avec cette personne. Je pense qu'elle fait sa promotion avec beaucoup de sérieux et de consécration. Ce que je reproche, surtout à nos élites évangéliques, c'est qu'elles ne s'intéressent que très peu à cette culture montante de l'image. Les chrétiens d'aujourd'hui ne sont pas éduqués dans cette nouvelle culture et nous retournons très rapidement au «marécage» émotionnel de la fin du Moyen-Âge. 

Commenter cet article