Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Préparer les chrétiens et les communautés à affronter les temps difficiles à venir

15 Octobre 2020, 08:25am

Publié par Henri Bacher

Préparer les chrétiens et les communautés à affronter les temps difficiles à venir

On espérait que cette pandémie n'allait durer que quelques mois et que tout rentrerait dans l'ordre. Il semble que cette crise va encore perdurer. Comment faut-il se préparer? Que faut-il prêcher? Quelles mesures prendre? Nous essayons de donner quelques pistes pour ouvrir le débat.

Délaisser un tant soi peu la spiritualisation des évènements à venir
On nous le dit par la presse, les réseaux sociaux, mais aussi par certaines prophéties, que le futur va être difficile. Comment allons-nous réagir? Le réflexe de tout prédicateur évangélique, c'est de prêcher sur les textes d'espérance. Dieu prend soin de nous. C'est vrai que Dieu prend soin de tout. Il y a tellement de textes bibliques qui nous en parlent. Pourtant, je voudrais attirer l'attention qu'avec l'évangile, il y a toujours un volet pratique. Lorsque Dieu promet la manne, au peuple d'Israël dans le désert, ils ont dû la ramasser et apprendre à la cuisiner. C'était quelque chose qui ressemblait à des graines de coriandre (Nombres 11). Le texte biblique ne nous le dit pas, mais je pense qu'ils ont dû faire des expériences pour savoir à quelle sauce la manger. Dieu ne s'est pas transformé en Food truck avec de la nourriture prête à être consommée comme une pizza. Nous devons préparer la «manne» pour «être comestible». C'est un peu ce que je voudrais montrer pour faire face, d'une manière concrète, à cet avenir difficile.

L'idée de base, c'est d'organiser des groupes de base interactifs
Il s'agira de groupes familiaux, ou de groupes dont les membres se trouvent dans un environnement géographique permettant de se contacter rapidement. Les personnes dans ces groupes vont privilégier la relation, qu'elle soit spirituelle, émotionnelle ou liée à une aide pratique. De prime abord ce ne sont pas des groupes d'études bibliques, mais des groupes relationnels d'écoute, d'entraide, de consolation, de partage de savoir faire et de savoir être. Ça peut aller d'une prise en charge pour faciliter un transport de personne, dépanner pour sortir un chien, donner des cours de français à des personnes étrangères, suivre des enfants en difficultés scolaires, avoir une oreille attentive pour des couples en difficulté. On peut tout à fait mixer spiritualité et entraide pratique. C'est une question de combinaison.

Pourquoi vouloir organiser des groupes?
On reste souvent très généraliste dans la communauté chrétienne. On encourage globalement à s'entraider. On monte un service d'entraide avec des bénévoles dans le lieu central de l'église et ces services sont souvent cloisonnés: aide alimentaire, conseils de relation d'aide, conseils aux couples, etc. Il ne faut pas les négliger. Ce que je préconise, c'est qu'on mette l'entraide à un niveau, non pas centralisé, mais décentralisé, dans un réseau de personnes qui sont directement dans leur terrain.
Il faut d'abord choisir des personnes talentueuses (pas des bonnes volontés) qui sachent fonctionner comme personnes-relais pour animer ces groupes. Animer un groupe ne veut pas dire organiser des réunions. C'est plutôt un veilleur qui facilite les rencontres entre personnes demanderesses ou personnes ayant du temps, des objets, des conseils à donner. C'est un facilitateur de réseau. Il va peut-être proposer que des personnes offrent des services ou que d'autres expriment leurs besoins. Ces groupes peuvent intégrer des pas-encore-chrétiens. Ils peuvent servir de détecteur, pour diriger certaines personnes vers des services plus compétents comme un service de relation d'aide professionnel. Ce genre de groupe existe déjà dans le domaine laïc. Sur Facebook on les trouve sous le titre «Si T'es de...». Il suffit au responsable de communauté de diffuser les liens sur ces groupes dans le style «Si T'es de la rue du Moulin» inscris-toi.

Quel est le message spirituel derrière cette entreprise? 
Toute crise peut être considérée comme destructrice ou constructive. Souvent les deux faces de la même réalité s'entremêlent. Le premier avantage pour la communauté, c'est un moyen formidable de resserrer le lien communautaire, autrement qu'avec le café ou le verre de vin de l'après culte ou les picnics d'été. Ce n'est pas seulement un lien liturgique ou rituel qu'on va utiliser, mais des relations terre-à-terre, pour faire communauté. C'est un investissement pour l'avenir après la pandémie et qui de surcroît ne nécessite pas d'investissements financiers. Nous avons trop misé, dans nos investissements, sur la production de messages sous forme écrite ou numérique qui actuellement a très peu d'impacts sur le monde pas-encore-chrétien. Mais c'est tellement plus facile d'écrire des posts.

Le deuxième avantage que je vois c'est que cette crise pourra servir de levier pour faire bouger les choses, pour relativiser les conflits internes et surtout régler plus facilement certains conflits familiaux. On mettra peut-être en sourdine la rancœur qu'on a contre un frère ou une sœur parce qu'on n'a pas obtenu, lors du partage de l'héritage, l'armoire convoitée. Il y aura probablement des demandes de pardon à faire, régler certains malentendus. Il faudra redéfinir les vraies priorités que ce soit pour l'église, comme pour le couple ou la famille.

Préparer les chrétiens et les communautés à affronter les temps difficiles à venir

Il est clair que le meilleur moyen pour rendre une crise moins violente dans le tissu social, c'est de renforcer les liens communautaires que ce soit dans l'église, ou dans un groupe familial. Plus ces liens sont forts, plus la résistance des individus à l'intérieur du groupe relationnel est efficace.

Il ne s'agira pas de sermonner vos paroissiens, mais de profiter de cette crise pour faire avancer le thème de l'alliance. Faire alliance entre nous pour faire face aux difficultés. Une alliance est dynamique et implique des changements. Ce serait peut-être aussi l'occasion pour des familles de renouveler leurs alliances.

Commenter cet article