Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Lettre ouverte aux pasteurs tweeteurs et gazouilleurs

28 Août 2020, 04:22am

Publié par Henri Bacher

Lettre ouverte aux pasteurs tweeteurs et gazouilleurs

Cher pasteur et bien sûr chère pasteure,
J'apprécie beaucoup que tu te donnes de la peine à te mettre dans le flux de la modernité en tweetant, si possible journellement. Je ne te ferais donc aucun reproche. Si je t'écris, c'est pour te rendre attentif que les réseaux sociaux ne sont jamais des supports neutres. Ils permettent certes de diffuser massivement des opinions, des prises de position, mais en même temps ce sont de formidables révélateurs de personnalité. Tiens, tu vois qu'un de tes «amis» (sur le réseau) diffuse régulièrement la photo de ce qu'il mange à midi, tu en conclus que c'est un épicurien. Ce n'est pas un péché, mais en même temps tu t'en fous, surtout que tu n'as pas tellement le temps de te réjouir avec lui. Heureusement que je ne vous montre pas les photos de ce que je grignote la nuit pour compenser mes insomnies. D'autres vont toujours te bassiner avec leur dada socio-théologique comme l'importance de la femme dans l'église ou la place à donner à l'homosexualité, à l'écologie, à Trump. Un de mes amis (un vrai) me dit souvent que je répète toujours la même chose. Eh oui, je casse les pieds à mes follovers avec mes histoires d'adaptation culturelle. Ceci dit, je pense que beaucoup de tweeteurs ne se rendent pas compte, que notre manière de diffuser nos opinions ressemblent aux gazouillis des oiseaux au lever du soleil. On participe à une monstre cacophonie, je dirais même «cacaphonie» dont peu de gens retiennent quelque chose. Et je pose une question embarrassante: pourquoi tweetes-tu? Est-ce pour te donner le sentiment qu tu es un pasteur «postmoderne», un «geek»? Est-ce que tu participes à l'avancement du Royaume ou est-ce que tu as besoin d'être sur le devant de la scène, comme nous l'inculque la société actuelle? Penses-tu avoir de l'autorité spirituelle parce ce que tu es dans la mouvance des réseaux sociaux? Est-ce que tu as encore en tête ce schéma du passé, qui veut que celui qui est important dans l'église, c'est celui qui écrit des bouquins? Cette manie d'écrire, de diffuser le savoir sur des supports culturels, hier le papier, aujourd'hui le numérique, te donne l'impression d'être un pasteur plus performant que les autres? Rassure-toi, je ne te juge pas, je me pose les mêmes questions pour moi. J'ai souvent trop tendance à prendre les «like» pour une évaluation de mon niveau spirituel et surtout de ma grande capacité de communicateur. Je crois bien que le Christ nous rend attentif que c'est le service à autrui qui nous rend spirituel. C'est dommage que nous confondions souvent le service chrétien à un service de presse. Nous avons transformé l'église en un service de messagerie avec nos tweets, nos posts, nos clips vidéos. Le pasteur tweeteur se transforme parfois en livreur «Amazon». Il transvase des infos. Mais je pense que le plus gros problème, c'est que nous croyons que les tweets, les versets bibliques qu'on balance, vont ensemencer le quotidien des gens. Je suis plutôt convaincu du contraire.  Nous participons à une entreprise de déconstruction, de démolition. Nos tweets sont comme des engins de bombardement. Une des raisons, c'est que nous pensons que nos follovers ont encore des structures de pensée bien établies, une «architecture» spirituelle-doctrinale, comme une armoire interne où ils peuvent ranger tout ce qu'on leur balance et les retrouver au moment venu. Y a-t-il une ou des solutions? Je pense que les tweets doivent entrer dans une construction mentale établie auparavant, comme ce pasteur canadien qui ajoute à sa prédication, des tweets qui complètent son travail de prédication. Si ce pasteur a encore en tête la vision de croissance pour son église que Dieu lui a donnée, ses tweets vont entrer dans une construction à long terme. 
Nous devons absolument interconnecter toutes nos activités et non les juxtaposer, mais là on est aussi tributaire de la culture du livre, où on met l'accent sur le détail et non sur un ensemble. Nous avons de la peine à penser et à agir en systémique. Pour le Christ, sa vision d'ensemble, c'était l'avènement du Royaume. Ce n'était pas un détail. Pasteur tweeteur, quel est ton royaume?

 

Commenter cet article