Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

La pandémie Covid-19 est-elle d'origine diabolique? - Idée de prédication

9 Avril 2020, 09:40am

Publié par Henri Bacher, Martine Bacher

La pandémie Covid-19 est-elle d'origine diabolique? - Idée de prédication

Cette pandémie est une mine d'or parabolique pour expliquer quelques «fonctionnalités» de la communauté chrétienne. 

L'idée est très simple. La pandémie sépare, par confinement, une majorité de personnes, mais la communauté chrétienne est appelée à rassembler toute personne dans un corps spirituel organique. La pandémie opère dans le fractionnement, dans l'isolement et la communauté des chrétiens dans la reconstruction des relations entre les gens, entre les couples, entre le corps social et l'état, entre l'homme et la nature, etc...

Y a-t-il un aspect diabolique?
Ce serait tellement simple et efficace d'enfourcher le «diabolique». On n'en sait rien si une telle pandémie est l'oeuvre du diable ou celle d'une autorité divine qui punit les hommes, comme avec le déluge du temps de Noé. Peut-être ou peut-être pas! Pourtant ce qu'on peut remarquer, c'est que ces tendances de «casse» et de restauration parcourent tout l'univers spirituel que nous connaissons au travers de la Bible, notre livre de références. Ces tendances opèrent depuis le jardin d'Eden, avec Adam et Ève. Le serpent (diabolique!) arrive à casser la relation des premiers hommes avec Dieu, celui qui souhaite faire communauté avec les humains. Donc, je parlerais plutôt de tendance diabolique que de diable ou de démons. En sachant que ces réalités, du monde invisible, existent bien. Si on fait une relecture historique, on voit bien que quelque part, ça reflète le combat entre le bien et le mal. 

Cette pandémie: un formidable tremplin pour promouvoir l'église
C'est bien là qu'il faudra mettre l'accent pour rejoindre le monde qui nous entoure. Si nous enfourchons les chevaux apocalyptiques du jugement, nous faisons fausse route.
Le christianisme est avant tout appelé, non à une société de confinement (la secte), mais à une communauté de vie, de partage, de respect des différences. Allez par tout le monde et faites des disciples, ne veut pas dire faites des «followers», des étudiants de la Bible, des contributeurs par dîme imposée, mais des membres d'une communauté. Nous sommes appelés à faire corps avec... les autres, avec son conjoint, avec ses enfants.

Question fondamentale: comment revenir à l'esprit d'origine d'une communauté?
De par les leviers technologiques comme l'imprimerie et maintenant le numérique, l'église s'est souvent laissé absorber par les supports et leur manière de dire et de décrire la réalité. Ces supports ont aussi dévié la communauté chrétienne de ses vrais objectifs, ceux de rendre visible le corps du Christ. On a rendu visible ce corps par des bâtiments, des livres et maintenant pas des sites web et des télés. C'est plus facile à générer que de répandre l'amour de Dieu autour de nous. Il est clair, que c'est difficile de revenir à l'esprit des Actes. D'ailleurs, entre nous, cette période de début du christianisme, n'était pas très bien organisée, mais ils osaient prendre des risques. Ils osaient l'expérimentation, quitte à se casser la figure. Nous avons besoin de nous délester de ces fatras liturgiques qui nous encombrent plus qu'ils nous aident. Un peu comme les chrétiens des Actes, qui ont dû abandonner certains rituels du Temple. Ce serait l'occasion de faire un grand nettoyage de printemps dans notre fonctionnement de communauté. Que faudrait-il éliminer ou simplifier dans nos rituels liturgiques? Est-ce que la prédication, pilier central de nos cultes est encore d'actualité? Surtout la manière dont on l'a développée. En voyant à quel point, au travers de cette pandémie, la vidéo et le visuel ont pris de l'importance, ne pourrait-on pas orienter le croyant, vers des ressources sur le net? Ce qui permettrait peut-être de réduire la prédication, pour activer davantage la notion de corps spirituel. 

Potentiel humain
Donnez de l'espace aux échanges. Les réseaux sociaux nous éduquent au partage. Les gens aiment partager et ils connaissent beaucoup de choses qu'ils auraient envie de transmettre plus loin. Le vrai potentiel de l'église, c'est de marginaliser les supports numériques pour la transmission de l'expérience spirituelle et de remettre le potentiel spirituel dans les gens, je dirais dans la pâte humaine. Le net nous donne peut-être les "ingrédients", mais un bon plat se mijote, se cuit. On malaxe la pâte. Le pasteur devrait devenir un découvreur de talents de «partageur». Du fait d'avoir souvent mis les dons spirituels de 1 Corinthiens 12 aux abonnés absents, on se prive aussi d'un potentiel de talents, introuvable dans le monde numérique. Le pasteur devrait aussi devenir facilitateur, aiguilleur du ciel pour mettre d'autres au boulot.

Comment organiser un culte avec la pâte humaine?
1. Lancez brièvement le thème de rencontre
3. Organisez des groupes par centres d'intérêt pour le partage d'expériences, mais aussi des personnes sélectionnées qui ont potassé le thème d'un point de vue biblique, théologique. Il y a toujours, dans une communauté, des adeptes qui sont passionnés par des thèmes théologiques. Un autre centre d'intérêt, peut-être la relation d'aide liée au thème. Par exemple, pour le thème de la diabolisation, on pourrait aborder la peur du diable et du diabolique. Dans un tel groupe invitez un spécialiste de la relation d'aide, qui pourra détecter les besoins et proposer de continuer en semaine le défrichage. Un autre groupe peut juste prendre l'apéro ensemble et bavarder, c'est une activité où l'on peut inviter des pas-encore-chrétiens. D'autres pourraient travailler le thème en atelier artistique, etc...
4. Nouez la gerbe avec un moment cultuel minimaliste (du point de vue liturgique) et court.

Comment procéder?
Selon l'esprit des Actes, acceptez de prendre des risques. Expérimentez. Ne vous avisez pas à embarquer toute la communauté dans ces changements. La foi et la pratique de la spiritualité par rituels et liturgies interposés sont aussi liés à l’identité d'une personne. Si vous touchez à son identité vous risquez de détruire et la foi et la personne. Ouvrez des espaces d'expérimentations à côté de l'ancienne structure. Ceux qui sont prêts à mettre leur identité en jeu vous suivront, parce qu'ils ont les reins solides.

Commenter cet article