Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Comment «zoomer» ? - Tuyaux pour la réalisation

21 Avril 2020, 10:11am

Publié par Henri Bacher

Comment «zoomer» ? - Tuyaux pour la réalisation

Voici quelques tuyaux si vous voulez, vous lancer dans une diffusion vidéo, soit pour le dimanche matin, soit pour un autre moment.

Données importantes à prendre en compte:
en utilisant les réseaux sociaux comme Facebook, Youtube, Zoom vous êtes sur la place publique. Vous n'êtes plus dans vos propres murs, donc ce que vous diffusez doit être filtré. Vous ne pouvez pas vous exprimer en public comme dans un cercle «privé», comme peut l'être une communauté de personnes qui se connaissent. Par exemple pour le témoignage, rendez attentives les personnes qu'elles sont sur une place publique. Aussi dans vos prédications ne soyez pas trop «hermétique», «patois de Canaan». Des gens étrangers au christianisme jetteront peut-être un coup d'oeil sur vos prestations. Auront-ils envie de s'intégrer dans votre communauté en vous voyant?

Quel est votre public cible?

Ce public peut être les membres de votre communauté qui ont besoin de se retrouver le dimanche matin. Ces personnes n'ont pas forcément besoin d'une prédication, d'un enseignement qu'elles peuvent trouver largement sur le net. Elles ont surtout besoin de ressentir le tissu communautaire. On est confiné et on a besoin d'être rassuré. Les personnes que je connais, sont-elles bien là? Comme lors d'un tremblement de terre, le premier réflexe, c'est de s'enquérir si nos proches n'ont pas été touchés. Même si c'est un comportement extrême, on ressent un peu le même besoin. C'est pour ça que j'ai trouvé le clip de Pâques dont j'ai parlé dans mon précédent post, tellement performant: on s'est senti ensemble dans la tourmente. Ce qui veut dire que vous devez être créatif pour créer ce sentiment d'appartenance. L'accent sur la prédication n'est pas suffisant pour obtenir ce résultat. Si vous voulez faire «communauté», en mettant l'accent sur la prédication, même en temps normal, vous pensez école spirituelle et non communauté spirituelle.

Par exemple, comme l'a fait une communauté, elle a demandé à des personnes de se présenter en vidéo. Il suffit juste que les gens se filment chez eux. D'autres vont peut-être filmer des témoignages d'expériences de confinement. On veut voir vivre une communauté. Une communauté mennonite du nord de l'Alsace, envoie un bulletin (sous forme écrite), une fois par semaine, reprenant la trame d’une célébration habituelle (introduction, moment de louange, prédication, sujets de prière et nouvelles diverses). Elle propose, pour se sentir en communauté, de suivre la trame écrite, en commençant à une heure précise le dimanche matin. Par contre, elle organise par ZOOM des réunions de prières communautaires. Il ne faut donc pas absolument faire de la vidéo. Intéressant pour les petites communautés qui n'ont pas les compétences techniques pour se doter d'un système de transmission vidéo.

Quelques fautes à éviter

1. Sélectionnez les personnes que vous allez mettre en ligne. Il ne suffit pas d'avoir quelque chose à dire. Il faut être télégénique. Il faut avoir le charisme visuel pour percer à l'écran (voir l'exemple d'une personne télégénique en fin de post). C'est comme quelqu'un à qui vous donnez un message à écrire dans un bulletin paroissial. Il pense peut-être bien, mais il le communique mal par écrit. Ainsi en est-il de la vidéo. Ce n'est pas simplement une question d'idées, de posture, de bagout, d'âge, mais certaines personnes ont ce charisme et d'autres ne l'ont pas. Et contrairement au culte traditionnel, dans un lieu géographique donné, les spectateurs ont la possibilité de zapper. Ils peuvent quitter momentanément la diffusion. La communication vidéo est un art et peu de pasteurs sont formés dans l'art dramatique.

2. Ne vous filmez pas en prêchant devant une salle vide. Le spectateur a une forte impression que vous prêchez à partir du «cloud», sur un nuage. C'est terriblement impersonnel. Filmez-vous comme si vous vous adressiez à une seule personne, assise en face de vous, sur le mode conversation (encore une fois visionnez le clip de fin de post pour comprendre cette notion de face à face). Jouez sur la proximité intime. Certains prédicateurs le font déjà en se faisant filmer dans leur salon. 

3. Attention au contexte visuel où vous vous filmez. Le visuel, autour de vous, n'est jamais neutre. Ne partez jamais de l'idée que ce que vous dites est plus important que le contexte visuel. Avec la chaire de votre église, vous aviez une mise en image et en scène fixe. L'arrière-plan, en vidéo, que vous ne prenez pas en compte peut donner une impression de déséquilibre, de bricolé, d'inachevé. Si vous vous filmez dans un salon, mettez-vous à la place de votre spectateur qui peut jeter un regard «voyeur» sur votre intérieur et évaluer votre niveau culturel, patrimonial. Ne vous avisez pas de prêcher sur la pauvreté évangélique dans un salon cossu. Une idée ce serait peut-être de se filmer, pour la prédication, dans le contexte valorisant pour le thème de la prédication. Si vous voulez parler du calme que donne la foi, filmez-vous dans un parc avec un lac. La conteuse Marie Ray qui est l'auteure du clip final a insisté pour se faire filmer dans sa salle de bain, histoire de mettre son message dans le quotidien de la vie.

4. Mettez du rythme dans votre présentation. Selon les premiers retours que j'ai pu obtenir de certains animateurs de culte diffusé, il faut prendre pour modèle le rythme des cultes radiodiffusés, avec un rythme accéléré. «Accéléré» ne veut pas dire «speedé», mais ne pas faire comme dans le culte traditionnel: chanter cinq chants à la file et puis y ajouter 45 mn de prédication. Chaque séquence doit être courte, quitte à la renouveler: un ou deux chants au départ, un mini-clip vidéo de moins de 5 mn, un autre chant, une prédication, etc... Vous ne travaillez plus sur un temps long, mais sur un temps court, mais très dense. Vos spectateurs ne sont pas captifs sur une chaise, mais ils peuvent vous échapper à tout moment. C'est le format vidéo qui veut ça et même si votre conception de la spiritualité est plus dans le méditatif, le temps long, il faut vous plier à la culture du media utilisé.

Voici le clip de message idéal pour un culte video. Ne confiez pas les interventions ou les lectures à des bonnes volontés. Sélectionnez vos intervenants. Il ne faut pas qu'ils soient forcément des professionnels mais soyez aussi exigeants qu'avec les musiciens que vous engagez pour vos cultes.

Comment «zoomer» ? - Tuyaux pour la réalisation

Pour d'autres idées pour étoffer vos prédications: youtube.com/bibletube

Commenter cet article