Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Communauté «boum-boum» - Idée de prédication

19 Février 2020, 09:59am

Publié par Henri Bacher

Communauté «boum-boum» - Idée de prédication

Par communauté «boum-boum», je parle de ces églises qui sont super adaptées à la culture numérique d'aujourd'hui. Leurs cultes font penser à des boîtes de nuit (pour l'éclairage), à des concerts super bien rôdés, à des prestations de showmen qui savent utiliser l'espace scénique. J'ai l'air de mépriser ces églises. Bien au contraire, j'en visite régulièrement et je suis en admiration devant leur savoir-faire. Ce sont des pros de la communication. À l'opposé, il y a ces cultes qui ressemblent plus à une activité scolaire qu'à une célébration spirituelle. Ça fait «boum-boum» dans la tête, sagement assis sur sa chaise, les bras croisés. Par ce thème de prédication nous voulons justement questionner notre manière de nous rassembler. Rassurez-vous, nous n'allons pas vos proposer de choisir entre la tête et les tripes.

Le clip proposé sert à lancer la réflexion communautaire, si possible en petits groupes de partage. Avertissez qu'en réalité c'est une pub pour une banque espagnole:

Questions à discuter dans les groupes:
1. Souhaitez-vous que la communauté chrétienne ressemble au fonctionnement de cette flasmob?
Tous les membres s'engagent dans le même projet, à savoir convaincre les spectateurs à rejoindre votre communauté. Comme d'ailleurs c'est le but de ce concert, financé par une banque.
2. Pourrait-on comparer une communauté chrétienne à ce rassemblement? Faut-il s'en inspirer?
3. Quels en sont les ingrédients nécessaires?
4. Pour attirer un nouveau public, quels sont les thèmes qu'on peut utiliser et d'autres qu'il faut éliminer?
5. Êtes-vous stimulés par cette flashmob ou bien ça vous semble irréalisable dans votre contexte?
6. Donnez des alternatives pour intéresser un nouveau public.
7. Quelles sont les critiques en relation avec votre manière de vous rassembler

Commentaire personnel:
Voici quelques réflexions qui pourront vous servir pour alimenter votre prédication. Il est clair, que pour communiquer entre les personnes, il y a toujours une interface culturelle. Je pense qu'une communauté "boum-boum" façon "boîte de nuit" répond mieux à une grande majorité de personnes. Autrefois, c'était les cathédrales qui étaient imposantes, lumineuses, riches du point de vue artistique et l'épicerie du coin était un fourre-tout, tout juste utilitaire où il n'y avait aucune expérience lié à l'achat. Aujourd'hui c'est le contraire. Ce sont les centres commerciaux qui deviennent nos "cathédrales modernes". nos lieux de plaisir et d'expérimentation ludiques liés à la consommation. Nous souhaitons donc recréer des lieux dominicaux qui génèrent plaisir, convivialité. Une manière de nous évader de notre quotidien souvent morose. Les communautés "scolaires" misant plus sur le "savoir-spirituel" au lieu du "spirituel-happening" pensent être plus près du véritable évangile. Même si les deux tendances et d'autres ont toujours leur place dans le développement de l'église, je pense qu'il faut déconstruire notre spiritualité. Un peu comme le Christ, qui n'a pas dynamisé les lois judaïques, mais qui les a réduit à deux lois: tu aimeras ton Dieu et ton prochain.

Une communauté sel de la terre
Texte biblique:
Bonne Nouvelle selon Matthieu 5:13 (PDV2017)

« Vous êtes le sel de toute la terre. Mais quand le sel perd son goût, comment lui rendre son bon goût ? Il ne sert plus à rien. On le jette dehors et les gens marchent dessus.

Pourquoi l'exemple du sel?
C'est un substance chimique simple aussi simple que les deux commandements basiques du Christ. Revenir à la simplification, ne veut pas dire revenir au seuil bas, à un évangile facile à appliquer. Cela veut dire réduire au maximum les aspects liturgiques qui noient souvent l'évangile au lieu de le mettre en évidence. C'est décaper l'évangile de ses structures doctrinales, ecclésiologiques, de ses débats qui divisent plus les chrétiens qu'ils ne les unissent.

Quelques arguments supplémentaires pour valoriser le sel. 
1. Le sel est facile à répandre. Il n'a pas besoin d'une technique particulière, d'un apprentissage sophistiqué pour servir.
2. Le sel, surtout en alimentation, n'a pas besoin de s'adapter à l'objet qu'il est appelé à saler. Il peut saler du chinois, un plat bourguignon, des pâtes italiennes, du couscous marocain ou du hamburger américain sans devoir, chaque fois s'adapter. Le sel transcende toutes les cultures "culinaires". 
3. On n'a pas besoin de fabriquer le sel. On l'extrait de la nature. Par contre, c'est une personne qui fait l'intermédiaire, entre le sel et le plat. Le sel ne vient pas tout seul sur la table.
Ainsi en est-il de l'amour que nous devons dispenser à notre prochain. 

Que veut dire dans la pratique "être sel de la terre"?
1. Ce n'est pas en premier défendre la foi et l'éthique chrétienne dans le monde séculier.
2. Ce n'est pas forcément diffuser des tas de messages vidéos ou écrits pour convaincre les gens.
3. Être sel, veut dire aimer, soulager, donner un sourire au malheureux, soigner son prochain. Accepter celui qui est différent sexuellement, politiquement, du point de vue religieux, etc. Dans ce cas, accepter ne veut pas dire n'avoir aucune conviction contraire, mais c'est continuer à cultiver des relations.
4. Mon conseil, c'est de reconstruire une activité liturgique, simple, à côté de l'ancienne activité liturgique, qu'il faut garder. On n'a pas le droit de détruire ce qui a fait du bien à plusieurs générations. Pour moi, un culte simple, c'est prier ensemble, ouvrir la Bible et partager des expériences de vie, s'entraider, se soulager mutuellement. Il n'y a pas forcément besoin de chanter, puisqu'on a des possibilités immenses sur internet pour écouter et participer à de la louange. Simplifier veut aussi dire, éviter une liturgie inconnue pour les pas-encore-chrétiens. Recommencer une activité cultuelle à très petite échelle qui, forcément, au bout de plusieurs années va retomber dans les mêmes ornières que l'ancienne liturgie qu'on a voulu éliminer. Ainsi va la vie!

L'évangélisation?
C'est mettre le grain (aussi gain) de sel "amour" dans toutes les situations de la vie. Les gens vont se rallier à notre communauté parce que nous nous aimons, malgré nos différences. Le support "boum-boum" n'est que secondaire.

Pour annoncer ce culte sur votre page Facebook, sur Twitter et à la fin d'un culte, récupérez le visuel.

Communauté «boum-boum» - Idée de prédication

Commenter cet article