Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Temps de Lumière

10 Décembre 2019, 10:29am

Publié par Henri Bacher

 

Ce clip est un OMNI (Objet Musical Non Identifié). Il me rappelle les paraboles du Christ. Souvent de simples histoires de la vie. D’ailleurs, les disciples du Maître ne comprenaient pas leur signification. C’est-à-dire qu’ils comprenaient l’histoire en elle-même, mais ils ne voyaient pas le rapport avec la vie spirituelle. Ce clip, c’est pareil. Il est artistique, plein de poésie, mais en discutant avec le chanteur et co-réalisateur, Benjamin Kraatz, on peut (a)voir une toute autre lecture, insoupçonnée pour les personnes qui n’ont pas les clés.

Selon Benjamin Kraatz, il y a de nombreuses clés de compréhension:

La relation entre mer et terre, c’est l’image des liens entre Dieu et les hommes. L’”ailleurs” comme il appelle la mer. L’humain marche entre la mer et la terre. Parfois, il pénètre dans l’océan, souvent il est à la lisière. Un pied dans l’eau et un autre sur le sable. Belle image de notre position terrestre. Cet entre-deux qu’on a du mal à maîtriser dans notre marche terrestre. J’ajouterais, à titre personnel, que l’on incite souvent le croyant à se fondre dans l’océan. On l’encourage à se jeter dans les bras de Dieu pour pouvoir tout oublier. Quand on parle d’onction du Saint Esprit, ne fait-on pas, parfois, référence à ce “bain émotionnel”? Or, nous avons les pieds sur terre et nous creusons la terre.

Le signe de la croix creusé dans le sable est un autre symbole fort immédiatement reconnu par le chrétien. Pourtant, comme nous avons l’habitude de le faire en tant que chrétien, Benjamin Kraatz, n’en fait pas un argument frontal pour bien asseoir son argument. Il a le courage de le mentionner alors qu’il s’adresse à un public qui n’a rien à voir avec l’église.

Pour moi, c’est impressionnant de constater que l’épisode de la croix se passe sur la terre. Je dirais même que ce sont les hommes qui ont “creusé” cette croix. C’est un charpentier qui l’a construite. Le salut de l’homme se joue parmi eux et pas seulement dans l’océan, dans l’au-delà, dans l’”ailleurs”. Comme chrétien, on aurait tendance à positionner la croix dans l’océan. On la représente souvent dans un univers symbolique plein de lumière, alors que là, elle est dans le sable. Un signe fragile à la merci des aléas de la terre.

Les trois personnes marchent vers un but. Á la question, de ma part, pourquoi le groupe marche toujours dans la même direction, le réalisateur m’a répondu que l’humain a besoin d’avoir un but spirituel, celui de se diriger vers l’”ailleurs”. Il ne se dirige pas vers la mer pour y être absorbé, mais vers son destin, celui de vivre avec Dieu et non d’être absorbé par lui. Ce qui est génial, c’est que la symbolique de la croix, semble être derrière eux. Ils ne se dirigent pas vers la croix, mais le passage par la croix, leur donne un avenir et une destination précise.

Le chien blanc creuse en même temps que les hommes. Une symbolique étrangère à ma culture religieuse, issue du protestantisme. L’animal n’est considéré que comme un instrument de travail ou un bien de consommation, alors qu’il participe aussi à l’équilibre de la terre et des hommes. Il “creuse” au même niveau que l’homme. Quelle sera la position de l’animal dans l’”ailleurs”? Je n’en sais rien, mais en attendant peut-être le mépris qu’on a vis-à-vis du monde animal, n’est pas tout à fait justifié.

La position de l’homme toujours devant la femme semble être la caricature même de la vision chrétienne du couple et de la famille. Le making of du clip explique bien la difficulté de la mise en scène de la marche du couple et de la famille. Benjamin Kraatz en est conscient et ce n’est pas sa vision idéale de l’humanité, mais il a aussi un argument intéressant lorsqu’il dit que dans la société en général, depuis la nuit des temps, l’homme s’est toujours mis en avant. Il ne faut pas oublier qu’un clip musical n’est pas un traité de sociologie ou d’éthique, mais il est souvent un reflet de la réalité humaine.

Ce clip m’a personnellement nourri pendant longtemps parce qu’il laisse une entière liberté au spectateur. On n’a pas du tout besoin d’entrer dans la vision qui sous-tend l’oeuvre musicale. Nous avons l’habitude d’être très frontal et nous croyons qu’il faut parler clairement et beaucoup de Dieu, alors que le Christ dans ses paraboles était tout sauf très explicite. Là, où il était “explicite”, compréhensible, c’est dans ses faits et gestes, pas dans ses discours et voyant vivre ce réalisateur, je ne peux pas douter de son message intrinsèque.

Temps de Lumière

Commenter cet article