Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Former en systémique

28 Décembre 2016, 12:25pm

Publié par Henri Bacher

Visée générale de formation
Permettre que des personnes plus habituées à l’image et à la vidéo reçoivent une formation à la vie chrétienne qui ne soit pas de type scolaire.

Principe de base

La formation devrait être conçue comme activité systémique et non linéaire. Dans ce sens nous utilisons l’image d’un arbre. Notre formation, comme notre arbre devrait être plantée dans un terreau qui la nourrit. Pour nous, le terreau, c’est le monde invisible à nos yeux de l’univers de Dieu, dont le St Esprit est le médiateur.

Former en systémique

L’arbre est un ensemble “systémique”. Les racines pompent les ressources nécessaires. Le tronc conduit la sève nourricière vers les branches et les feuilles. Pour produire des fruits.

Si l’un des éléments fait défaut, l’ensemble du système est affecté. Dès le départ de l’arbre,
il faut que les différents composants fonctionnent ensemble et en même temps. Sauf que le fruit, vient plus tard, mais, est essentiel pour faire redémarrer, au travers de la graine, un autre système de vie.

Transposé dans la formation systémique que nous proposons, le tronc représente le canal essentiel par lequel tout transite. Le tronc porte la frondaison. Ce sont le ou les thèmes, les textes bibliques, les idées spirituelles qui sont tirés du sol. Les branches et les feuilles se développent grâce au tronc. Les fruits sont le résultat final du système. La frondaison est composée des différents champs d’activités de formation qui fonctionnent non d’une manière linéaire et systématique, mais en symbiose, en systémique. L’art du responsable de communauté, c’est de construire un système de formation. Un arbre de connaissance et d’expérimentation et non une bibliothèque de connaissances.


Place de la Bible

Tout naturellement, en tant que chrétien, nourri au terreau de la culture du livre et de l’école, nous mettons la Bible à la place de la terre nourricière ou du tronc. Dans notre approche, la Bible est hors du système. C’est le guide, donné aux hommes et inspiré par Dieu pour comprendre comment fonctionne le système, quelle en est sa portée, ce qu’il devrait produire. C’est un guide pour planter, contrôler la croissance, pour apprendre à tailler sa plante. Elle ne prend pas la place de Dieu, celui-ci est plus grand qu’un bouquin. Mais bien entendu ce “bouquin” a une valeur inestimable.

L’Arbox
En détail, l’Arbox est un système en interréaction permanente qui va mettre en relation différents relais de formation. Ces relais sont aussi des groupes qui vont stimuler l’effort d’apprentissage et qui offrent des opportunités d’en savoir plus. Nous n’ajoutons rien ou pas grand chose à ce qui existe déjà dans la communauté chrétienne.

1. Espace personnel (formation, méditation, etc.)
2. Espace de prédication et cultuel
3. Espace étude biblique
4. Espace fêtes chrétiennes (Noël, Pâques, Pentecôte, etc.)
5. Espace internet et réseaux sociaux de la communauté

Ce qui va changer, c’est que ces relais devront fonctionner, le temps d’une formation, d’une manière systémique. Le même thème va se décliner en méditation personnelle, en prédication, en étude biblique, etc. Jusqu’à maintenant on ne cherche pas vraiment à interconnecter les activités d’enseignement dans l’église. On les juxtapose et souvent, par exemple, la prédication n’a rien à voir avec la méditation personnelle. Avec la multiplication des vecteurs de formation, surtout par internet, l’enseignement du croyant devient un amoncellement hétéroclite qui déstructure le croyant, plus qu’il ne le construit. Nous avons passé d’une pénurie à une profusion en enseignement. Ce n’est pas la quantité, ni même la qualité d’un enseignement qui est important aujourd’hui, mais son intégration dans la personnalité du croyant. Par “personnalité” nous entendons ce qui touche à la “weltanschauung” de la personne, son expérience de vie et en utilisant une image biblique, aux entrailles de la personne. Bien sûr, le St Esprit fait ce travail, mais il faut aussi lui offrir un levier adéquat pour pénétrer dans ces entrailles. Ce levier est en relation avec une approche systémique de l’enseignement.

Fonctionnement pratique
L’important, c’est de rester très simple dans l’application de la systémique Arbox. Le pasteur, peut lui-même créer son propre système. Il décide, par exemple, que sur une semaine ou un mois, ou un trimestre, il va faire tourner toutes les activités de la communauté autour du même thème ou du même texte biblique ou de la même pensée inspirée par le St Esprit. Il a peut-être constaté que sa communauté est très peu accueillante. Il mettra donc le paquet sur un enseignement ciblé sur l'accueil. L’avantage de cette approche, c’est que le thème ne va pas se décliner uniquement par la visualisation, la lecture et le message parlé, mais selon l’espace utilisé, on aura des approches et des angles différents y compris pratique.

La même manière de procéder peut s’appliquer à un groupe particulier, dans le cadre de l’église. Le principe de base, c’est qu’il faut toujours trouver deux boucles d’interconnection, pour être “Arbox”. Dans un groupe de prière, le thème du groupe, peut se transformer en prière, mais surtout en méditation personnelle durant la semaine qui suit la rencontre du groupe. C’est le minimum, mais si le thème du groupe peut se connecter au thème de la prédication du dimanche, c’est un plus pour nourrir les “entrailles”.

La systémique Arbox s’oppose un peu à cette vache sacrée du protestantisme qui veut que le chrétien et sa Bible est supérieur au décryptage de la réalité spirituelle dans le cadre de la communauté. Nous devons retrouver une approche communautaire (pour nous, systémique) des réalités spirituelles.

Une organisation chrétienne (éditeur de soft) pourrait développer pour la communauté un Arbox prédéfini sous forme d’appli. Cette application contiendrait le thème décliné pour les espaces choisis (par exemple, prédication, méditation personnelle, étude biblique). L’application pourrait contenir des teasers de lancement, un planning, un espace de questions pour le pasteur, des prédications visuelles en vidéo à projeter pendant le culte en lieu et place d’une prédication en direct, etc.

Support culturel
Il faut absolument quitter le domaine de l’enseignement de type scolaire et ne plus miser sur l’écrit et la lecture (pour le destinataire final). Pour une simple raison, c’est qu’il y a pléthore pour ce genre de matériel d’enseignement. Il n’y a pas besoin d’en rajouter. Par contre, le monde culturel évolue vers la transmission vidéo/audio. De plus, nous sommes dans une réelle situation missionnaire. Nous nous adressons à la peuplade du continent numérique. Or, on enseigne aux missionnaires (appelé aujourd’hui “envoyés”) à traduire le message biblique dans la langue de ceux qu’ils veulent atteindre. On parle de peuples non-atteints à évangéliser et le continent européen redevient un de ces peuples, car il ne comprend plus la langue des “missionnaires”.

C’est là que se trouve à l’avenir la clé pour la formation. Attention, il ne s’agit pas de filmer simplement une personne qui enseigne selon les vieilles règles de la l’enseignement protestant / évangélique.


Le problème c’est qu’on ne peut pas adapter le matériel pensé et conçu pour l’écrit et la lecture pour les supports visuels. On me rétorquera que beaucoup de livres ont servi de supports à des films. C’est vrai, mais ces livres racontent des histoires et on n’a jamais fait des films entiers sur la base d’un bouquin de philosophie. Or, les enseignements hérités du passé sont majoritairements conçus à base de concepts abstraits. Nous ne mettons pas en cause les racines de nos enseignements, mais leurs conditionnements culturels qui ne correspondent plus à la réalité d’aujourd’hui. Tout en étant conscient que certains conditionnements culturels faussent aussi le message d’origine.

Pour vous donner un exemple concret:
https://youtu.be/ctc5kn-ShQo

Dans ce clip nous traitons le thème de l’incarnation du Christ. C’est un sujet hautement théologique, qui, lorsqu’il est “conditionné” par la culture de l’écrit et de la lecture prend une toute autre tournure, tout aussi valable que notre approche visuelle. C’est une question de choix. A qui s’adresse-t-on?

Henri Bacher /
Vidéaste

Martine Bacher / Dessinatrice
eglise-numérique.org
youtube.com/bibletube
youtube.com/logoscom

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article