Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Comment communiquer avec une image dans le cadre de l’église?

2 Octobre 2014, 13:06pm

Publié par Henri Bacher

L’église en général, surtout d’origine évangélique ou réformée, communique encore majoritairement par le texte écrit. Comme moi actuellement! Je ne fais donc pas exception à la règle. Or, la nouvelle culture liée au monde des images fait tout pour marginaliser l’écrit et la lecture. On s’achemine vers des machines pilotées par la voix. Les journaux de la presse écrite ont de plus en plus des problèmes de survie, simplement parce que les gens ne sont plus entraînés à lire. Ces journaux papier sont sur la pente descendante. Que faut-il donc entreprendre en église pour répondre aux besoins de nos fidèles?

Notre rôle en église n’est pas de promouvoir ou de favoriser un type de culture. Nous devons nous approprier la culture ou les cultures en place pour rejoindre nos concitoyens, même si nous estimons que notre culture d’origine, comme celle de l’écrit et de la lecture est supérieure au monde des images. Ce qui est très discutable. Bref, nous devons apprendre une nouvelle manière de parler et de communiquer, même de penser.

Dans cette optique, je voudrais vous montrer comment le sculpteur suisse Henri Bertrand, transmet des informations importantes par le biais d’une oeuvre d’art. Ce qu’il faut savoir, c’est que cet artiste est géologue de formation. Normalement, il pourrait avoir tendance à transmettre des informations par des chiffres, des pourcentages, des graphiques, etc. Il le fait par image interposée, c’est ça son côté génial de créateur visuel.

Extraction minière (Détail d'une sculpture sur bois de Henri Bertrand)

Extraction minière (Détail d'une sculpture sur bois de Henri Bertrand)

Voici donc une vue de détail d’une de ses sculptures sur bois. Il voulait simplement montrer que pour extraire l’équivalent en minerai de valeur de la petite boule argentée en dessous des deux figurines (1), il faut creuser et tamiser l’équivalent d’un trou de terre représenté en (2). Les figurines ne sont là que pour montrer la proportion entre la hauteur d’un homme et la profondeur du trou.

L’artiste nous fait ressentir le problème et nous permet de nous poser des tas de questions sur notre relation à l’argent, sur la protection de l’environnement, sur nos valeurs, etc.

Cette manière de faire, est-elle supérieure ou inférieure à l’approche du géologue spécialiste des chiffres? Elle est simplement différente. On est bien d’accord, que ce ne sont pas des artistes qui envoient des engins d’exploration sur Mars, mais pour réfléchir au sens de la vie, un artiste sera peut-être plus pertinent, aujourd’hui. Tout le défi est là. Si nous voulons faire réagir nos concitoyens à la spiritualité chrétienne, il ne nous reste plus que le choix de parler en images, en paraboles. En tout cas, pour la grande majorité. Il restera toujours des irréductibles analytiques, mais ce sera une minorité.

Henri Bacher

Autre détail de sculpture de Henri Bertand

Autre détail de sculpture de Henri Bertand

Commenter cet article