Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ÉGLISE. CULTURE. NUMÉRIQUE.

Comment utiliser les réseaux sociaux en église

4 Août 2014, 15:27pm

Publié par Henri Bacher

Comment différencier ces réseaux
L’église a tendance à penser qu’elle peut mettre le même message sur n’importe quel support numérique. Par le passé, elle avait principalement à disposition la page imprimée et de ce fait, effectivement, le même texte pouvait se retrouver, soit dans un livre, un magazine ou sur un tract d’évangélisation. Or, avec les réseaux sociaux, ce n’est plus pareil. Le tableau ci-dessous décrypte un peu les particularités de chaque réseau. Bien sûr, vous pouvez mettre sur Facebook un texte de réflexion, mais pour se documenter ou se former l’utilisateur ne vient pas sur Facebook, il y vient pour “papoter”. Pour rendre ma description concrète, j’ai pris comme thème la prière. Ce n’est pas une indication de ce que les églises mettent sur ces réseaux, mais c’est juste un exemple. Comment pourrait se traiter la prière, formatée selon la culture, le langage, la logique du réseau qu’on utilise. Pour être performant, vous devez respecter la logique du support. Donc, il faut aussi réfléchir quel est le réseau qui va le mieux servir les intérêts de l’église.

Certains réseaux sociaux et leurs particularités

Certains réseaux sociaux et leurs particularités

Ce qu’il faut aussi savoir c’est que ces réseaux sont interconnectés. On pourrait cloisonner les prestations. Une prestation spécifique par réseau: le clip vidéo sur Youtube, la photo sur Instagram, etc. Or, vous pouvez intégrer un clip vidéo mis sur Youtube dans une page Facebook ou bien faire reproduire un “tweet” de Twitter sur Facebook. Pourtant, il faut toujours faire attention à la pertinence du réseau cible. Un clip sur Youtube de 45mn ne se met pas sur Facebook. Mais par contre un tweet peut signaler le clip de 45mn sur Youtube.

Les réseaux sociaux sont-ils performants pour l’église?
C’est une question qui vaut la peine d’être posée. Je n’en suis pas si sûr. Méfiez-vous de certains prestataires de service commerciaux. Ils vont toujours vous pousser à investir dans ces réseaux, c’est leur gagne-pain. Posez-vous la question de la rentabilité effective. Est-ce que vos utilisateurs de tel et tel réseau se retrouvent dans votre communauté? Si oui, entrez dans leur réseau. Sinon, laissez tomber. Et puis, est-ce que les activités de votre communauté fonctionnent dans la logique du réseau? Je prends un exemple. Vous ouvrez une chaîne sur Youtube pour y mettre un clip d’évangélisation en pensant que des personnes vont rejoindre votre communauté ou au moins venir à un culte. Peut-être, elles le feront, mais si jamais dans vos cultes vous ne projetez pas des clips vidéo, vous ne les reverrez plus jamais. Elles viennent d’un monde culturel dédié à l’image animé et vous, vous les forcer à entrer dans un autre type de culture. Un peu comme si vous filmiez un rappeur pour votre chaîne Youtube et que lorsque le rappeur se pointe, on lui fait chanter des chants du XIXème siècle.

Mon classement, par ordre d’importance, des réseaux les plus intéressants pour l’église

1. Youtube
2. Twitter
3. Pinterest
4. Facebook

Youtube ou Dailymotion ou Viméo sont vraiment des outils de travail pour l’avenir. Nos paroissiens lisent de moins en moins et ça deviendra un support de formation incontournable à l’image des MOOC (Massive Open Online Course) ou des FLOTS (formation en ligne ouverte à tous). Ça vaut le coup de se former ou de lancer des formations internes à l’église pour maîtriser la réalisation technique et surtout réfléchir au contenu.

Twitter permet une diffusion rapide d’une information à valeur ajoutée. C’est plus un outil d’information rapide pour des personnes ou des professionnels qui veulent être au courant de ce qui se passe. Un journaliste d’un media local, comme une radio, une télé, un journal pourrait être intéressé par ce qui se passe dans votre église. Dans ce cas, c’est à vous de contacter le journaliste pour lui présenter votre compte Twitter.

Pinterest est vraiment intéressant pour les personnes en recherche de solutions pratiques, de tuyaux, d’idées. Ce n’est pas un support pour diffuser des concepts théologiques. Une mère de famille souhaitera peut-être trouver des idées pour occuper ses enfants pendant les vacances. Vous pouvez suggérer des jeux bibliques, des vidéos à connotation chrétienne, des idées de sortie, etc. Vous pourriez y mettre des idées d’animation bibliques. Attention ce réseau n’est pas adapté aux textes.

Facebook est pour moi le moins utile pour l’église à moins que les responsables (pasteur, animateurs de jeunesse, etc.) veuillent s’impliquer dans la conversation communautaire d’un groupe social. Ça reste un support certes convivial, mais très superficiel. C’est un peu comme les conversations au coin d’une table de bistrot, entre deux stands d’un marché ou chez le coiffeur.

Pour ce qui est des autres réseaux mentionnés comme Instagram, Linkedin, Foursquare, Google+, ils sont moins importants pour l’église.

Il me semble que l’église locale ne devrait pas trop s’investir directement dans le réseau social. Ça demande beaucoup de temps et d’énergie. Mais par contre, elle devrait investir dans chaque membre de la communauté et les encourager à s’y mettre. La stratégie de l’église devrait donc s’appuyer sur les chrétiens eux-mêmes. Avec l’église institution vous allez certes avoir probablement un grand nombre de “follovers”, mais en faisant passer l’activité spirituelle online par chaque chrétien, vous multipliez les points de contacts et d’accès à de nouvelles personnes. Mais la stratégie ne devrait pas s’arrêter à ce stade. L’église devrait former ses membres à utiliser le réseau d’une manière efficace et pertinente. Le pasteur pourrait chercher des ressources pour les chrétiens de son église, un peu comme un site mis au point par Campus pour Christ pour aider les chrétiens à mettre des trucs intelligents sur Facebook: http://www.yesheis.com/fr/

On pourrait même imaginer que le pasteur ou le prêtre organise au travers des réseaux de ses membres, de vraies campagnes d’évangélisation, de sensibilisation, d’éducation. Par exemple pour Pâques, l’ensemble des membres de la communauté met dans ses réseaux respectifs l’histoire biblique en clip vidéo pour enfants ou adultes: http://youtu.be/NWqJop9xlK0?list=PL36E6CEFE0015C9F1
http://youtu.be/mngaCTdIRj8?list=PLh0CLPSwjxqsR1-VdoxHHtXXs895lQ2ko

Les réseaux nous changent de l’extérieur
La grande évolution avec les réseaux sociaux, c’est que ce ne sont pas simplement des “tuyaux” de transport comme une fibre optique qui transporte un message, mais ces réseaux demandent qu’en retour nous adaptions notre manière de penser, de nous réunir, de communiquer entre nous. Le réseau génère une mentalité qui devra se retrouver dans nos communautés. Traditionnellement nous considérons ces outils de communication comme des outils et non comme des facteurs de transformation. Nous restons toujours dans la logique protestante/évangélique classique ou nous sommes convaincus que nous transformons le monde par la pensée et non avec des outils. La construction des autoroutes d’informations a plus contribué au changement dans la société que les livres de théologie ou de philosophie. Donc, en conclusion, se familiariser avec les réseaux sociaux, c’est accepter d’être transformé de l’extérieur.

Henri Bacher

www.eglise-numerique.org

Commenter cet article